webleads-tracker


Trafic de pièces détachées à l'usine Renault de Cléon

Constructeurs

Cinq hommes comparaîtront devant la justice après avoir été placées en garde à vue vendredi pour le vol de pièces détachées à l'intérieur de l'usine Renault de Cléon (Seine-Maritime) pour un préjudice évalué à 150.000 euros, a-t-on appris mercredi de sources concordantes.

"Cinq personnes ont été placées en garde à vue. Quatre personnes ayant reconnu les faits sont convoquées pour une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC) en juin. Une personne a été convoquée en octobre devant le tribunal correctionnel", a indiqué à l'AFP, Pascal Prache, procureur de la République de Rouen. Le magistrat a précisé que le matériel avait été restitué.

Les cinq hommes, nés entre 1970 et 1982 et habitant dans l'agglomération de Rouen, "ont été interpellés vendredi devant un parking à Caudebec-lès-Elbeuf, à la suite du repérage d'un Renault Trafic lourdement chargé", a expliqué la DDSP de Seine-Martime. A l'intérieur du garage, les policiers ont découvert 192 turbos et 524 pompes à eau.

Quatre des mis en cause travaillent pour une entreprise de nettoyage sous-traitante du site automobile, le patron et trois de ses employés, d'après cette source.

La cinquième personne interpellée travaillait à l'intérieur du site: "elle sortait les pièces en les plaçant dans une benne de récupération", a expliqué la DDSP.

"Tous ont reconnu les faits à l'exception du propriétaire du parking qui a fait usage de son droit au silence. C'est lui qui est convoqué devant le tribunal correctionnel", d'après cette même source. Les cinq hommes n'étaient pas connus des services de police.

© 2019AFP