webleads-tracker


Renault : ventes mondiales -3,4%, bonne forme du low-cost

Constructeurs

Le groupe automobile français Renault a vu ses ventes mondiales baisser de 3,4% en 2019, un peu moins fortement que le marché, à 3,75 millions de véhicules, limitant les dégâts grâce au succès de sa gamme "low-cost".

Pour la première année sans son patron déchu Carlos Ghosn, la marque au losange a chuté de 6,9%, mais le constructeur a bénéficié de la bonne santé de son label roumain Dacia (+5,1%) en Europe et de la croissance de Lada en Russie (+3,6%).

Dans un marché automobile touché par l'instabilité géopolitique et les conflits commerciaux, Renault s'est félicité d'avoir pu maintenir sa part de marché mondiale, en reculant un peu moins que la concurrence en moyenne.

Le groupe a creusé l'écart avec son rival français PSA (Peugeot, Citroën, DS, Opel, Vauxhall) qui a publié jeudi des ventes en chute de 10% à 3,49 millions d'unités, alors que les deux constructeurs étaient au coude-à-coude l'an dernier.

L'action Renault progressait de 2,21% à 40,41 euros peu après 10H00, dans un marché parisien en hausse de 0,82%. Mais le titre a souffert depuis un an des secousses au sein de son partenariat avec les japonais Nissan et Mitsubishi dans le sillage de l'affaire Ghosn.

Le constructeur prépare l'arrivée d'un nouveau directeur général, le patron de Seat Luca de Meo faisant figure de favori.

 

Montée en gamme

Sur son principal marché, l'Europe, Renault a globalement progressé de 1,3%, soit 0,1 point de plus que la moyenne.

Mais la seule marque au losange a confirmé ses difficultés en tombant à 6,8% de part de marché (-0,4 point) quand le leader allemand Volkswagen dépasse 11%.

Le directeur commercial, Olivier Murguet, a cependant constaté que la marque s'était stabilisée au deuxième semestre 2019 après une baisse de ses ventes de 4% au premier semestre. "Cela va mieux", a-t-il commenté lors d'une table ronde avec des journalistes, espérant "une nouvelle impulsion" en 2020 grâce au renouvellement des "best-sellers" Clio et Captur.

Le bilan européen a été sauvé par la filiale à bas coûts Dacia, qui établit un nouveau record de ventes sur cette région, pour la septième année consécutive, avec plus de 560.000 voitures vendues (+10,4%), tirée par le succès de la citadine Sandero et du 4x4 urbain Duster.

Le constructeur s'efforce de mieux différencier ses marques Renault et Dacia en Europe, en faisant monter en gamme la première.

A l'international, Renault a souffert de la fermeture du marché iranien sous la pression des sanctions américaines et de la crise en Argentine et en Turquie. Mais il a aussi profité de bonnes performances dans plusieurs pays émergents. Au total, la part des ventes réalisées hors d'Europe a légèrement augmenté à 51%.

En Russie, son deuxième marché national derrière la France, Renault et sa filiale Lada ont réussi à progresser dans un marché en baisse, confortant leur position de leader avec près de 509.000 véhicules.

Au Brésil (ventes en hausse de 11,3%), Renault a atteint une part de marché record à 9%. En Inde, la marque française a été la seule à progresser (+7,9%) sur un marché en baisse de 11,3%.

 

Offensive électrique

Mais la Chine, premier marché mondial, reste un point noir. Renault n'y a vendu que 22.000 voitures l'an dernier. En y ajoutant les volumes d'une coentreprise dans les véhicules utilitaires, le groupe revendique près de 180.000 ventes, un chiffre qui reste extrêmement faible.

Pionnier des véhicules électriques, Renault est désormais nettement dépassé par le spécialiste californien Tesla où il a été leader avec son allié Nissan. L'an dernier, la part de marché de Renault dans l'électrique en Europe a atteint 15,7%.

Face à une concurrence qui va déferler en 2020 sous l'effet des normes environnementales durcies, Renault annonce viser "au moins 70%" de progression pour sa citadine électrique Zoe, fraîchement renouvelée, dont il a vendu 47.000 exemplaires en 2019.

La marque va aussi accueillir une nouvelle version électrique de sa petite Twingo, qui sera présentée en mars au salon de Genève.

M. Murguet a énuméré trois priorités pour 2020: réussir l'offensive électrique, maintenir les positions commerciales de Renault sur ses principaux marchés et continuer d'améliorer le positionnement prix de la marque au losange.

aro/soe/spi

© 2020AFP