webleads-tracker


Plastivaloire : semestre satisfaisant et 32 millions d'euros de prêts publics

Equipementiers

Le spécialiste de la transformation plastique Plastivaloire a annoncé un chiffre d'affaire en très légère hausse au premier semestre de son exercice décalé 2019-2020 et avoir obtenu 32 millions de prêts publics en vue d'un troisième trimestre perturbé.

Entre octobre et mars, les revenus du fabricant de pièces plastiques ont augmenté de 1,7% à 366,7 millions d'euros, cette croissance intégrant les résultats de sa filiale américaine TransNav "sur six mois sur la période au lieu de cinq mois en 2018-2019", précise le groupe dans un communiqué publié lundi.

De ce fait, la zone Amériques a contribué pour 12,2% au chiffre d'affaires contre 10,8% au premier semestre 2018-2019, est-il souligné.

Une fois gommé cet effet, l'activité est stable à périmètre constant.

Mais cette dynamique a été "sensiblement atténuée par les premiers impacts du développement mondial de la pandémie Covid-19" obligeant le groupe à réduire fortement son activité dès la mi-mars et "à fermer provisoirement la quasi-totalité de ses sites industriels", explique Plastivaloire, qui fait état d'un recul organique de 4,6% au deuxième trimestre.

Pour "préserver au maximum" sa trésorerie, le groupe a obtenu des prêts garantis par l'Etat (PGE) et "un prêt Atout auprès de BpiFrance" pour un montant total de 32 millions d'euros.

Les perspectives sur le reste de l'exercice sont incertaines, explique le groupe qui s'attend à un troisième trimestre "fortement et logiquement impacté par la crise sanitaire actuelle"

"Quasiment tous les sites ont été à l'arrêt pendant tout le mois d'avril. Depuis mai, le groupe rouvre et relance progressivement son activité, au fur et à mesure de la levée des restrictions locales et du rythme de redémarrage des usines des clients", détaille-t-il.

Vingt-deux sites ont repris une activité industrielle "mais avec des taux d'utilisation globalement très modérés dans les premières semaines, notamment en Europe".

Face à cette chute d'activité, le groupe indique abaisser "son point d'équilibre opérationnel". Il recourt ainsi aux "mesures d'accompagnements mises en place dans les pays où il opère", du type chômage partiel, et "réduit ses coûts opérationnels dans la mesure du possible".

Sur ce premier semestre, le fabricant européen de pièces plastiques a augmenté de près de 5% ses revenus à 306,7 millions sur le secteur automobile, ce qui, selon le groupe, confirme son positionnement "sur les programmes porteurs chez les constructeurs".

Il a souffert en revanche sur le secteur "Industries" en raison notamment "des baisses de production" en Pologne et chez TransNav.

cgu/pn/LyS

© 2020AFP