webleads-tracker


Faurecia pourrait introduire en Bourse ses activités dans l'hydrogène

Equipementiers

Faurecia pourrait introduire en Bourse ses activités dans l'hydrogène, a confirmé mardi l'équipementier français.

Le groupe souhaite se positionner en leader dans les systèmes de stockage à hydrogène et dans celui des piles à combustible grâce à Symbio, sa coentreprise avec Michelin.

Dans l'objectif de "créer de la valeur pour les actionnaires", Faurecia pourrait "lancer au bon moment une introduction partielle de Symbio, pour qu'elle soit évaluée par le marché, comme ses concurrents", a indiqué Patrick Koller, le directeur général de Faurecia, lundi lors d'une journée investisseurs.

"C'est aussi une option pour notre activité dans les systèmes de stockage d'hydrogène, une option plus simple puisque Faurecia en est propriétaire", a-t-il ajouté. Un porte-parole du groupe interrogé mardi n'a pas souhaité préciser de date.

Faurecia a fait le point sur ses projets alors qu'il accède à l'indépendance. L'équipementier faisait partie jusqu'en 2020 du groupe PSA, qui a cédé fin 2020 7% de son capital et doit encore en distribuer 39% à ses actionnaires. "C'est une opportunité fantastique pour mondialiser notre actionnariat", a souligné M. Koller.

L'équipementier a multiplié au cours des quatre dernières années les investissements dans l'hydrogène, qui pourrait représenter, selon ses dirigeants, 17 milliards d'euros et 2,5 millions de véhicules en 2030.

Dans cette optique, il a acquis un producteur chinois de réservoirs ce mois-ci.

Cette énergie, qui permet de produire de l'électricité via une pile à combustible en ne dégageant que de la vapeur d'eau, est considérée comme l'une des pistes pour réduire les émissions de gaz à effet de serre des flottes de véhicules.

Déjà éprouvée en petite série par des constructeurs automobiles comme Toyota et Hyundai, cette technologie, qui présente l'avantage d'éliminer le temps de charge des voitures électriques, pose néanmoins de nouvelles contraintes, comme la nécessité de stocker l'hydrogène à très haute pression (plusieurs centaines de bars).

Alors que les flottes s'électrifient et s'hybrident massivement, la pile à combustible pourrait notamment être une alternative aux hybrides rechargeables pour les longs trajets, selon Patrick Koller.

Faurecia a ouvert fin 2019 en Franche-Comté un centre de développement mondial pour cette technologie, et doit y créer en 2023 une usine de production de réservoirs à hydrogène. Vendredi, l'équipementier a annoncé qu'il allait fournir à Renault des réservoirs destinés à équiper des utilitaires légers.

tsz/gde/spi

© 2021AFP