webleads-tracker


VW: les ventes en Chine progressent au 2T après le coronavirus

Constructeurs

Le groupe Volkswagen a fait état vendredi d'une légère progression au deuxième trimestre des ventes en Chine et d'un mois de juin nettement moins négatif que les précédents au niveau mondial.

Pour la période d'avril à juin, le groupe allemand a vendu 0,7% de voitures de plus en Chine -- son premier marché avec l'Europe de l'Ouest -- que sur la même période en 2019.

Le pays, où le nouveau coronavirus est apparu en décembre avant de se propager dans le reste du monde, et qui a été le premier a relancer son économie, apparaît comme un baromètre pour la reprise espérée de l'économie mondiale.

Source particulière d'optimisme: le secteur premium, dont font partie Porsche et Audi, "reprend beaucoup plus vite que le marché normal" et pourrait même croître cette année, a expliqué Stephan Wöllenstein, patron local de Volkswagen, lors d'une conférence de presse.

"La Chine donne de l'espoir et montre éventuellement un chemin de sortie de crise", note Frank Schwope, analyste automobile chez la banque Nord/LB.

Sur l'ensemble de la planète, les ventes du géant allemand ont baissé de 17,5% en juin après -34% en mai et -45% en avril.

Volkswagen n'est pas seul à voir du positif en fin de semestre: BMW note en Chine une "évolution réjouissante" au 2T, avec une progression de +17% des ventes.

Daimler, fabricant des Mercedes-Benz, a fait état jeudi soir d'une "reprise meilleure qu'attendue des marchés" et d'une "bonne performance en juin".

Le secteur n'est pourtant par tiré d'affaire: Volkswagen a vendu 27% de voitures en moins au premier semestre et devrait, selon M. Schwope, atteindre sur l'année 9 à 9,5 millions de voitures écoulées, contre 11 millions en 2019.

"La crise est loin d'être terminée pour la branche automobile", note Peter Fuß, analyste chez EY.

En Europe, les ventes ont chuté de 38% sur les six premiers mois et la baisse devrait aller jusqu'à 25% pour 2020. Les marchés nord- et sud-américains restent plombés.

Côté résultats financiers, des pertes trimestrielles sont attendues pour Volkswagen et BMW, à l'image du -1,7 milliard d'euros de résultat d'exploitation de Daimler annoncé jeudi.

Et sur le plan social, l'heure est aux économies, avec des milliers de suppressions d'emplois prévues.

"Beaucoup de constructeurs ne pourront pas éviter des coupes douloureuses" pour redresser la rentabilité, estime M. Fuß.

ys-sbr/mat/dga

© 2020AFP