webleads-tracker


VUL: Renault accélère dans l'hydrogène à Flins

Constructeurs

Renault devrait livrer ses premiers véhicules utilitaires à hydrogène à l'été 2022, après avoir inauguré mardi une ligne d'assemblage de piles à combustible dans son usine de Flins (Yvelines), près de Paris.

Le constructeur prévoit d'assembler chaque année à Flins 1.000 piles à combustible, soit le système qui permet de produire de l'électricité à partir d'hydrogène, a indiqué mardi Hyvia, sa coentreprise avec le pionnier américain de la pile à combustible Plug Power, à l'occasion d'une visite du site.

Les différentes versions d'utilitaires Renault Master (fourgon, châssis cabine ou minibus) seront équipées de cette pile à combustible, ainsi que d'une petite batterie électrique, sur le site de Gretz-Armainvilliers (Seine-et-Marne) et livrés en test à des premiers clients.

Installée dans un hangar de ce site historique de Renault, où l'électrique Zoé a succédé à la Dauphine et à la Twingo, Hyvia prévoit également d'assembler des stations de recharge et de produire un peu d'hydrogène pour tester les piles.

Par rapport aux utilitaires électriques, qui commencent à se multiplier dans les villes, les véhicules à hydrogène ont comme avantage une durée de recharge courte et une autonomie longue, proches du diesel, recherchées par les entreprises de logistique comme les collectivités locales. Mais la production d'hydrogène décarboné tout comme le réseau de distribution restent à développer.

Renault se positionne face à Stellantis, qui a livré ses premiers utilitaires Peugeot et Opel à hydrogène fin 2021, mais aussi face à Hyundai ou Toyota qui misent sur cette énergie.

Hyvia emploie pour le moment 70 salariés dont 25 à Flins, issus en majorité des autres ateliers du site, et il reste beaucoup de place pour augmenter la production.

"Tout dépendra de l'accélération du marché", a souligné David Holderbach, le directeur général de Hyvia. Il vise à terme 30% du marché européen des utilitaires à hydrogène, notamment en France, en Allemagne, en Belgique, au Royaume-Uni ou aux Pays-Bas.

Les projets d'investissement de Hyvia en matière d'hydrogène (situés à Flins, Villiers-Saint-Frédéric, Batilly, et Gretz-Armainvilliers) font partie des 15 projets prénotifiés par la France à la Commission européenne pour recevoir des aides dans le cadre du programme européen PIIEC (projet important européen commun) sur l'hydrogène.

tsz/im/oaa

© 2022AFP