webleads-tracker


Voiture de légende: Vente Bonhams de Monaco le 23 avril 2021

Services

Connue sous le nom de "Buzz II", la rare voiture de course Delahaye 135 S Compétition Court de 1936, qui concourra à des courses d'endurance dans les années 30 dont les 24 heures du Mans, sera proposée à la vente aux enchères "Les Grandes Marques à Monaco" organisée par Bonhams à Monaco, le 23 avril 2021, pendant le week-end du Grand Prix Monaco Historique (23-25 avril). Elle est estimée entre 800 000 et 1 100 000 euros...

Reconnue pour ses succès non seulement sur circuit mais aussi en concours d'élégance, la Delahaye 135 était l'une des plus grandes automobiles sportives de tous les temps de la période d'avant-guerre.

Les succès de la marque française sont en partie dus aux efforts de l'héritière irlando-américaine Lucy Schell. Ancienne pilote de course, Lucy Schell est devenue la première femme propriétaire d'une équipe de sport automobile. Elle a connu son heure de gloire lors du Grand Prix de Pau de 1938, lorsque son équipe Delahaye semi-professionnelle a battu l'équipe Mercedes, apparemment imbattable, jusque-là.

Deux ans plus tôt, Lucy Schell avait acheté la 135 S - aujourd'hui proposée par Bonhams - qui avait fait ses débuts sur le circuit des "Trois heures de Marseille" en 1936, au sein de sa propre écurie, l'Écurie Bleu, composée de trois voitures semi-professionnelles. La peinture bleu ciel des voitures, couleur nationale française, jumelée au « bourdonnement » étouffé de leurs moteurs, leur ont valu l'affectueux surnom de "Blue Buzz".

Cette Blue Buzz II, a participé à des compétitions de Grands Prix d'avant-guerre à Donington, Pau et Commiges et au Tourist-Trophy de Belfast, avant de relever son plus grand défi, les 24 heures du Mans en 1939. La même année, la Delahaye est refaite dans un style plus aérodynamique par les célèbres carrossiers Chappes Frères.

Après deux " liftings " successifs au cours des années suivantes, la structure de cette 135 S reste dans le style de la carrosserie Chappes Frères, en ayant préservé son train de roulement, son moteur et, surtout, son châssis d'origine - une rareté pour les voitures de course de cette époque.

Également éligible pour Le Mans Classic, cette Simca Barchetta de 1949, estimée 190 000€ à 240 000€, est une création du pilote de course Jean Estager : il transforma une Simca Eight classique en voiture de course avec un moteur de 1086cc préparé par le spécialiste Simca Roger Deho, quant à la carrosserie en aluminium, elle a été façonnée à la main par le célèbre carrossier milanais Motto.

La voiture a été vendue en 1951 et son nouveau propriétaire n'a pas tardé à participer au 24 heures du Mans. Bien qu'engagée avec le numéro 74 et les pilotes Dblon-Daguet, la voiture ne parvient pas à prendre le départ, mais elle se rachète en participant à divers événements sportifs au début des années 50, notamment à Montlhéry en 1953.

Cette barchetta, redécouverte au début des années 2000 dans une grange, avait conservé son châssis et son moteur d'origine. Son propriétaire suivant, un important collectionneur de Delahaye, a entrepris une restauration complètement de la voiture, tout en conservant l'intérieur de la porte conducteur dans son état « sortie de grange » pour se rappeler l'état dans lequel elle a été retrouvée.

Une autre voiture de compétition d'après-guerre, une Cisitalia D46 Monoposto de 1947, sera également proposée à la vente de Monaco, estimée de 150 000 à 200 000 €.

La célèbre marque italienne a été créée par l'industriel Piero Dusio, qui souhaitait ramener la course automobile dans le monde de l'après-guerre. Sa flotte itinérante Cisitalia, comptait les plus grands pilotes de l'époque, tels que Nuvolari, Ascari et Chiron et participait à des compétitions en Europe et dans le monde entier avec ces voitures de course à roues ouvertes Monoposto introduisant le châssis innovant à structure spatiale. 

Cette rare voiture est l'un des 14 exemplaires construits, dont 12 sont encore existants. Il s'agirait de l'ancienne voiture du Grand Prix de Berne, numéro 48, pilotée par Harry Schell (fils de Lucy Shell), premier pilote américain à prendre le départ d'un Grand Prix.

Parmi les premiers dépositaires, on compte la Horschell Racing Corporation, l'Écurie de Paris et une succession de pilotes Australiens, avant qu'elle ne soit achetée par le pilote Belge Paul Swaelens qui la conservera pendant plus de 40 ans. Achetée par le vendeur en 2003, cette authentique Cisitalia entièrement restaurée, en préservant son moteur et son châssis d'origine, est éligible à de nombreux événements prestigieux dans le monde.

C'est pendant le 12ème Grand Prix Monaco Historique qu'aura lieu la vente Bonhams, également en ligne, le vendredi 23 avril 2021, au Fairmont Monte-Carlo. Hôtel surplombant le Fairmont Hairpin, l'un des virages les plus excitants du circuit de la Principauté.

Philip Kantor, directeur Europe du département automobile chez Bonhams, a déclaré : "Nous sommes très impatients de retourner à Monte-Carlo pour la vente des Grandes Marques à Monaco. Comme toujours, nous présenterons un éventail passionnant de voitures allant de participantes au Mans des années 30 à une Ferrari faite sur mesure pour un membre de la famille Ferrari. Une attention particulière est à donner à la Delahaye 135S et la Simca Deho Barquette - toutes deux extrêmement rares et éligibles à la classique du Mans Classic cette année, dignes du grand héritage des courses de Monaco où aura lieu la vente.''

En tête de la liste des voitures de luxe qui auraient leur place devant le Casino de Monte-Carlo se trouve une rare supercar à porte papillon ; une Isdera Imperator 108i de 1991 estimée entre 500 000 et 700 000 euros.

Le design futuriste de l'Imperator a été réalisé de façon expérimentale par Mercedes-Benz à la fin des années 70. L'ingénieur Eberhard Schulz, qui dirigeait l'équipe de création, a conçu ce prototype aux portes « papillon » pour construire ses propres supercars.

Les 30 exemplaires produits en neuf ans sont restés fidèles au concept original. La carrosserie ultra-légère et un châssis en acier tubulaire, combinée à la puissance du réputé moteur V8 M119 de 5 litres de Mercedes-Benz, permettait d'obtenir des performances inégalées pour l'époque, avec une vitesse de pointe de 275 km/h et une accélération de 0 à 100 km/h en cinq secondes.

La voiture proposée est finie dans la traditionnelle peinture Silver Arrows, qui souligne les lignes cunéiformes, avec un intérieur en cuir noir contrastant.

Autre lot déjà consigné pour cette vente prestigieuse, une Ferrari 400GTi 2+2 Coupé de 1983, livrée neuve à Piero Lardi Ferrari, fils du fondateur Enzo et vice-président de la société, fabriquée selon ses propres spécifications :  le seul exemplaire à avoir un troisième siège sur la banquette arrière. Elle est estimée entre 65 000 et 95 000 euros, sans réserve.

Un exemplaire original de la version Targa à toit ouvert, dans une robe de couleur seyante pour cette célèbre voiture de sport à moteur central, au prénom du fils ainé d'Enzo Ferrari, dessinée par Pininfarina.

Un rare exemplaire de la fameuse Citroën futuriste cabriolet, équipée de la transmission semi-automatique et construite par le célèbre carrossier Henri Chapron.

 

Fondée en 1793, Bonhams est l'une des maisons de vente aux enchères d'objets d'art et d'antiquités les plus importantes au monde. Aujourd'hui, Bonhams propose un plus grand nombre de ventes que ses concurrents, grâce à ses principales salles de vente situées à Londres, New York et Hong kong. Des ventes sont également organisées en Angleterre, à Knightsbridge, Oxford et Edimbourg ; aux Etats-Unis à San Francisco et Los Angeles ; en Europe à Paris et Stuttgart et Sydney en Australie. Bonhams dispose d'un réseau de bureaux et de représentants dans 22 pays, offrant des services de conseil et d'évaluation dans 60 domaines spécialisés. Pour une liste complète des ventes à venir, et les coordonnées des départements spécialistes de Bonhams, veuillez consulter www.bonhams.com