webleads-tracker


Vers une baisse du marché des véhicules industriels en 2019

Constructeurs

Le marché français des véhicules industriels (plus de 3,5 tonnes) devrait baisser de 4,6% en 2019, tout en restant à un niveau "solide", selon une prévision de l'Observatoire du véhicule industriel (OVI) de BNP Paribas.

Sur la base des chiffres des 11 premiers mois, l'OVI estime que les immatriculations de véhicules industriels seront en revanche en hausse de 7% en France sur 2018, à 54.000 camions neufs immatriculés. Cela "en fera un exercice qui s'inscrira parmi les meilleurs scores des 20 dernières années", a estimé l'OVI, dans un communiqué.

L'année 2019 sera "encore solide malgré le fléchissement attendu", a souligné cet organisme.

"La baisse annoncée ne constitue pas pour moi un seuil de pessimisme ou d'alerte, ça reste un très bel exercice. On est sortis de la crise, on n'y retombe pas, on stabilise le marché à un niveau très acceptable. Je pense que le marché français est à son seuil, au-dessus de 50.000 véhicules", a estimé Jean-Michel Mercier, directeur de l'OVI, lors d'un point presse, mardi.

Les immatriculations de véhicules industriels sont considérées comme un indicateur avancé de la conjoncture, car elles sont étroitement liées à la santé du transport de marchandises et à la croissance économique.

L'OVI note que des "inquiétudes se font jour sur la croissance", mais estime aussi que "le secteur du transport routier de marchandises est dans une situation financière qui s'est assainie et consolidée depuis plusieurs années".

L'Observatoire souligne également que les effectifs dans ce secteur ont augmenté depuis 2015, mais estime que le développement de l'activité risque d'être freiné par la pénurie de conducteurs.

Il s'inquiète par ailleurs pour l'évolution de la conjoncture dans le secteur du bâtiment et travaux publics (BTP), un des moteurs du marché des véhicules industriels, constatant un repli de la construction neuve de logements sur les trois premiers trimestres de 2018, même si les tendances du secteur restent "globalement positives".

aro-pid/ef/mcj

© 2019AFP