webleads-tracker


Ventes VN Grande-Bretagne: -4,6% en mai

Constructeurs

Les ventes de voiture au Royaume-Uni ont diminué de 4,6% en mai sur un an, ont annoncé mercredi les professionnels du secteur qui ont pointé les incertitudes politiques et celles liées à la législation sur le diesel.

En mai, 183.724 voitures neuves ont été vendues au Royaume-Uni, a détaillé l'Association des constructeurs et des vendeurs automobiles (SMMT) dans un communiqué.

Les ventes ont diminué pour les véhicules diesel (-18,3%) mais ont un peu augmenté pour les véhicules à essence (+1,0%) ainsi que du côté des modèles hybrides et électriques (+11,7%).

"Cette baisse d'ensemble reflète l'incertitude persistante autour du diesel et des zones décrétées +air propre+", a souligné la SMMT. L'image de la motorisation diesel a été sévèrement écornée en Europe par le scandale des moteurs truqués de Volkswagen.

Au Royaume-Uni, les pouvoirs publics veulent à terme interdire ce type de motorisation. Certaines autorités locales, notamment celles de Londres, ont instauré de nouvelles zones où les automobilistes doivent s'acquitter de taxes supplémentaires pour rouler si leur véhicule ne respecte pas certaines normes environnementales.

"Dans le même temps, l'instabilité économique et politique continue d'affecter la confiance des consommateurs et des entreprises", a noté aussi la SMMT. Les ventes sont d'ailleurs en baisse tant du côté des particuliers (-5%) que des entreprises (-3%).

Le secteur de l'automobile craint particulièrement les incertitudes autour du processus du Brexit, initialement prévu pour le 29 mars mais repoussé finalement au 31 octobre. Les professionnels préviennent d'importantes perturbations si des taxes à l'import-export devaient être instaurées sur le commerce de pièces détachées et d'automobiles entre le Royaume-Uni et l'UE après le Brexit.

En avril, la production d'automobile du pays a d'ailleurs été divisée quasiment par deux, en raison de fermetures temporaires d'usines pour faire face aux incertitudes du Brexit: de nombreux constructeurs implantés au Royaume-Uni avaient décidé d'avancer à avril leur pause annuelle dans la production, traditionnellement prise pendant l'été, afin d'anticiper toute perturbation liée au départ de l'UE.

pn/jbo/fc

© 2019AFP