webleads-tracker


Ventes VN Grande-Bretagne: -15,7% en mars

Constructeurs

Les ventes de voitures neuves au Royaume-Uni ont chuté de 15,7% en mars sur un an, ont annoncé jeudi les professionnels du secteurs qui ont pointé les incertitudes entourant l'avenir des régulations sur le diesel.

En mars, 474.069 véhicules neuf ont été écoulés au Royaume-Uni, a précisé l'Association des constructeurs et des vendeurs d'automobiles (SMMT).

Il s'agit du douzième mois consécutif de baisse pour le marché britannique qui avait reculé de 5,4% sur l'ensemble de 2017. Depuis le début de 2018, les ventes sont en repli de 12,4% sur un an.

Comme lors des mois précédents, les ventes de véhicules diesel ont plongé (-37,2%), tandis que celles des véhicules à essence se maintenaient (+0,5%) et que celles des voitures électriques et hybrides progressaient (+5,7%).

Pour expliquer les chiffres médiocres de mars, la SMMT a mis en exergue le niveau historiquement élevé des ventes de mars 2017, lorsque les acheteurs s'étaient précipités pour acquérir un véhicule avant l'augmentation d'une taxe.

Mais l'organisation a aussi fait part de son "inquiétude" face au repli de la demande pour les véhicules diesels. "Les derniers changements fiscaux annoncés par le gouvernement ne font rien pour encourager les consommateurs à échanger leur vieux véhicule diesel pour de nouveau à plus faibles émissions" de gaz, a regretté la SMMT.

Le gouvernement britannique veut drastiquement réduire les émissions polluantes dans les prochaines années et décennies et, pour ce faire, vise particulièrement les moteurs diesel.

L'industrie automobile britannique subit par ailleurs l'impact des incertitudes entourant les conditions du Brexit prévu fin mars 2019, même si l'activité économique au Royaume-Uni a relativement bien tenu jusqu'à présent.

Mercredi, le groupe français PSA a annoncé une augmentation de ses capacités de production de véhicules utilitaires sur son site britannique de Luton, où sont assemblés les modèles Opel et Vauxhall Vivaro, avec un investissement d'environ 100 millions d'euros à la clé.

En annonçant cet investissement, le PDG de PSA Carlos Tavares s'est montré optimiste au sujet du Brexit, soulignant qu'il était "dans l'intérêt du Royaume-Uni comme de l'UE de conclure un accord de commerce qui soit favorable aux deux parties".

Les Britanniques veulent négocier un accord de libre-échange avec l'UE afin d'éviter l'introduction de tout droit de douane sur les biens échangés entre le Royaume-Uni et l'UE.

pn/ktr/php

© 2018AFP