webleads-tracker


Ventes VN GB: -3% en novembre

Constructeurs

Les ventes de voitures neuves au Royaume-Uni ont reculé de 3% en novembre sur un an, signant leur troisième mois consécutif de baisse, ont annoncé mercredi les professionnels du secteur.

Le mois dernier, 158.639 voitures neuves ont été écoulées sur le marché britannique, a indiqué l'Association des constructeurs et des vendeurs automobiles (SMMT) dans un communiqué.

Cette mauvaise passe traversée par le marché depuis plusieurs mois est attribuée par les professionnels à la fragilité du moral des consommateurs, à un changement réglementaire sur les émissions de CO2 et à l'arrivée tardive de nouveaux modèles.

Les ventes de voitures diesel ont continué de souffrir en novembre, avec une chute de 16,7%, que n'ont pas pu compenser une légère hausse de 3,5% des ventes de voitures à essence et un bond de 24,6% des véhicules électriques et hybrides.

La baisse des immatriculations a concerné les particuliers (-6,4%) et à un degré moindre les entreprises (-0,7%).

Le véhicule le plus vendu en novembre a été la Ford Fiesta, devant la Golf de Volkswagen, la Classe A de Mercedes et le Qashqai de Nissan.

Sauf surprise, les ventes de voitures au Royaume-Uni devraient avoir reculé sur l'ensemble de 2018, puisque sur les onze premiers mois de l'année, elles affichent un repli de 6,9% à 2,22 millions de véhicules.

Mike Hawes, le directeur général du SMMT, espère toutefois qu'"au moment où les contraintes sur l'offre s'apaisent et avant l'arrivée de nouveaux modèles dans les prochains mois, les acheteurs vont avoir un large choix de voitures essence, diesel et électrique".

Il ajoute toutefois qu'il est "crucial" qu'un accord sur le Brexit soit validé afin que les consommateurs reprennent confiance. Le texte négocié entre Londres et Bruxelles va passer son principal test avec un vote à haut risque au Parlement britannique mardi prochain, le 11 décembre.

Lors de son dîner annuel la semaine dernière, le SMMT avait averti qu'un Brexit sans accord constituerait une "catastrophe" pour le secteur, très dépendant de l'UE, avec des fermetures d'usines et des pertes d'emplois.

jbo/pn/tht

© 2018AFP