webleads-tracker


Véhicules connectés: les automobilistes se méfient (ACA)

Services

Une enquête publique a été conduite dans 12 pays européens afin d'analyser l'attitude des consommateurs face aux véhicules connectés. Cette étude montre qu'il existe un fossé entre les données potentiellement recueillies et ce que les automobilistes sont prêts à accepter. Une grande majorité des Européens interrogés tient à contrôler les données et veulent décider avec quels fournisseurs de services ils les partageront.

76 % des personnes interrogées se disent intéressées par les voitures connectées : 6 % en possèdent déjà une, 18 % ont l'intention d'en acheter une prochainement. La principale motivation d'achat d'une voiture connectée est d'améliorer sa sécurité sur la route.

90 % des automobilistes interrogés pensent que les données sont uniquement détenues par le propriétaire ou l'utilisateur du véhicule et 91 % d'entre eux aimeraient pouvoir stopper l'envoi des données.  En cas de panne, 78 % des européens interrogés aimeraient pouvoir choisir eux-mêmes qui réparera leur voiture. 95 % des personnes interrogées pensent qu'il faut un cadre législatif protégeant leurs droits et les données collectées par les véhicules.

La plus grande inquiétude des automobilistes (88 %) est la divulgation d'informations personnelles. Viennent ensuite l'usage commercial des données (86 %), le piratage du véhicule (85 %) et sa localisation (70 %).

Les automobilistes français sont très intéressés par les véhicules connectés par rapport à la moyenne européenne et un bon nombre de Français souhaiterait que leur prochain véhicule soit connecté.

Les recommandations de l'Automobile Club Association pour que le consommateur garde le contrôle de ses données :

  • La protection des données : la législation doit s'assurer que les automobilistes conservent la propriété des données produites par leur voiture et puissent en contrôler l'usage 
  •  Le libre choix : les automobilistes doivent avoir le droit de choisir et de changer de fournisseur de services selon leurs besoins. 
  • La libre concurrence : les fournisseurs de services doivent avoir le droit de développer des produits et des fonctionnalités sécurisés.

(*) Enquête en ligne conduite par Research Now pour la FIA dans 12 pays européens (Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Espagne, Finlande, France, Italie, Pays-Bas, Pologne, République tchèque et Royaume-Uni) auprès d'un panel représentatif de 12 000 personnes (1 000 par pays). Les répondants sont des personnes entre 18 et 70 ans, vivant au sein d'un foyer comprenant au moins un véhicule et voyageant au moins une fois par semaine en voiture. La collecte des données a été effectuée entre le 25 septembre et le 12 octobre 2015.

A propos de l'Automobile Club Association (ACA)
L'Automobile Club Association est une organisation apolitique, regroupant plus de 830 000 membres cotisants en France, membre de la Fédération Internationale de l'Automobile et présidée par Didier BOLLECKER. Elle est représentée en région par les Présidents Délégués de l'ACA, ainsi que par les Clubs affiliés qui portent ensemble le message de L'Automobile Club Association, représentante légitime des usagers de la route dont elle défend les intérêts, tout en cherchant à accroitre les bénéfices sociétaux que peuvent apporter une meilleure sécurité routière, une meilleure protection du consommateur, une meilleure protection de l'environnement, et la promotion d'une mobilité durable pour tous.