webleads-tracker


Valeo: CA 2019+1%, bénéfice net - 43%

Equipementiers

L'équipementier automobile français Valeo a publié jeudi un bénéfice net en chute de 43% à 313 millions d'euros pour 2019, mais a annoncé un net redressement de ses flux de trésorerie malgré un marché automobile difficile.

La marge opérationnelle du groupe a chuté de 27% à 797 millions d'euros, soit 4,1% du chiffre d'affaires, affectée par une grève chez son client General Motors à l'automne.

Hors impact de cette grève, et en mettant à part l'activité "commandes sous volant" dont Valeo s'est désengagé en octobre, la marge opérationnelle atteint 5,8%, conformément aux prévisions.

Surtout, la génération de cash s'est nettement améliorée alors que ce paramètre avait inquiété les analystes. Le flux de trésorerie libre a atteint 519 millions d'euros l'an dernier, contre 161 millions en 2018.

Le chiffre d'affaires a progressé de 1% à 19,24 milliards d'euros, mais est resté stable à périmètre et taux de change constants, faisant donc nettement mieux que le marché automobile mondial en recul lui de 6%.

Les prises de commandes ont atteint 22 milliards d'euros, en baisse de 2,2 milliards par rapport à 2018.

Pour 2020, le groupe a annoncé viser une amélioration de la marge opérationnelle et une croissance de l'activité supérieure de 5 points à celle du marché mondial. Ces chiffres ne tiennent pas compte de l'impact éventuel de l'épidémie du coronavirus.

Les usines Valeo situées hors de la province de Hubei, épicentre de l'épidémie, qui représentent 90% du chiffre d'affaires en Chine, "fonctionnent à nouveau" avec une chaîne d'approvisionnement "qui se remet en place progressivement", a précisé l'équipementier dans un communiqué.

"Les résultats 2019 sont complètement en ligne" avec les annonces de la journée investisseurs du mois d'octobre, "mais il y a deux très bonnes nouvelles: notre génération de cash (...) et notre croissance qui est revenue à un niveau exceptionnel", a déclaré le PDG Jacques Aschenbroich, lors d'une conférence téléphonique avec des journalistes.

 

Vigilance sur les investissements

Il a souligné que le premier semestre 2018 avait permis d'obtenir des résultats historiques, juste avant le retournement du marché automobile mondial à l'été 2018, rendant délicate la comparaison avec 2019.

"C'est vrai que (la chute du) marché nous a affectés. Comme on avait beaucoup investi sur de nouvelles plateformes technologiques, on a peut être plus souffert que d'autres, mais maintenant on est exactement dans nos plans de marche pour améliorer nos marges", a-t-il dit. "On voit que semestre après semestre, nos marges s'améliorent, notre résultat net s'améliore, notre cash s'améliore".

En janvier, l'agence de notation S&P Global Ratings avait abaissé la note de l'équipementier, estimant qu'il générait un faible niveau de trésorerie.

Valeo a souligné jeudi avoir poursuivi l'an dernier la mise en oeuvre de son plan de réduction de coûts avec notamment une baisse de 2% des frais de recherche et développement et une baisse de 6% des frais administratifs et généraux.

M. Aschenbroich a précisé que les coûts avaient été réduits de 107 millions d'euros et les investissements de 204 millions sur l'exercice, soit un peu plus que les prévisions. Le groupe continuera d'être "extrêmement vigilant" sur ces paramètres l'an prochain, a-t-il ajouté.

Valeo a beaucoup investi ces dernières années pour prendre des positions fortes dans l'électrification des motorisations de véhicules et les technologies de conduite autonome, qui devraient connaître une forte croissance au cours de la prochaine décennie. Depuis 2016, l'équipementier est le premier déposant de brevets en France.

Mais les risques associés à ces investissements ont valu à Valeo d'être sanctionné en bourse. L'action a perdu la moitié de sa valeur en trois ans, même si elle s'est stabilisée ces derniers mois.

Le groupe a notamment investi dans une coentreprise prometteuse avec Siemens dans les moteurs électriques qui pèse à court terme sur la rentabilité. Elle a représenté une charge de 237 millions d'euros en 2019.

aro/tq/eb