webleads-tracker


Un avant-goût de l'Alpine de série aux 24 Heures du Mans

Constructeurs

La marque automobile Alpine (groupe Renault), appelée à renaître de ses cendres d'ici à 2017, a fait saliver ses aficionados samedi en prologue des 24 Heures du Mans, quand un prototype aux lignes évocatrices a bouclé un tour du circuit sarthois.

Une heure avant le début de la course, l'Alpine "Célébration", un coupé revêtu de bleu et barré du "A" fléché de la marque dieppoise, s'est pour la première fois montrée au public massé au bord du Circuit des 24 Heures, sous les vivats.

Cette voiture aux lignes basses et fuyantes multiplie les clins d'oeil à la célèbre "berlinette" A110 des années 1960-1970: surfaces vitrées et capot nervuré caractéristiques, mais aussi une partie arrière qui, sous certains angles, n'est pas sans rappeler la Porsche 911.

Renault n'a pas donné de détails techniques dans l'immédiat sur ce modèle, et n'a pas non plus précisé s'il fallait s'attendre à ce que l'Alpine de série lui ressemble.

Ce prototype "est un test" pour jauger les réactions du public, en particulier dans le contexte du Mans dont les spectateurs se passionnent de mécanique, a expliqué à l'AFP Bernard Ollivier, directeur général d'Alpine.

"On n'est pas sur du marché de masse, on est sur du véhicule de niche", et la définition du produit final, toujours en cours, se fait "quasiment par approximations successives", a indiqué M. Ollivier.

Cette démonstration d'Alpine marque le 60e anniversaire de la firme fondée par Jean Rédélé, rachetée au début des années 1970 par Renault. Elle intervient aussi un mois après que le PDG du groupe au Losange, Carlos Ghosn, a donné son feu vert définitif à la renaissance de la marque, après 20 ans de sommeil, selon des sources syndicales.

- Trois ans d'attente... -

La résurrection de la marque qui avait connu son heure de gloire dans les années 1960 et 1970 sur les circuits, en rallye et entre les mains de passionnés, était déjà évoquée par Renault depuis trois ans: un "concept car" avait été présenté en 2012, à l'occasion du Grand Prix de Monaco de Formule 1, piloté par Alain Prost et Ragnotti, ambassadeurs de la marque au losange.

Renault a déjà fait renaître le nom d'Alpine l'année dernière sur les circuits, grâce au Championnat du monde d'endurance (WEC) dont la 3e étape est constituée par les 24 Heures du Mans. Une Alpine-Renault A442 avait gagné dans la Sarthe en 1978.

Alpine aligne encore cette année au Mans un petit prototype baptisé A450B, équipé d'un moteur Nissan et engagé par l'écurie française Signatech. La marque française a déjà évoqué pour son nouveau modèle le terme de "berlinette du XXIe siècle" respectueuse de son héritage, référence à l'A110 championne du monde des rallyes en 1973.

L'A110 est une icône, a insisté samedi M. Ollivier: "un mélange d'élégance à la française, d'agilité et de légèreté, du juste nécessaire pour le pilote, sans tableau de bord d'avion, et le plaisir de conduite, même à basse vitesse".

Une future Alpine serait à roues arrières motrices, soit "une plate-forme spécifique" par rapport au reste de la gamme Renault, selon M. Ollivier. Il a aussi affirmé que le groupe était prêt à mettre de l'argent pour que la voiture soit légère", laissant entendre que des matériaux de haute technologie pourraient être employés.

M. Ollivier s'est refusé à confirmer le feu vert de M. Ghosn, soulignant que le projet se poursuivait. Il n'a pas non plus donné de date pour une commercialisation, alors que de source proche de Renault la prochaine Alpine de série sera présentée sous sa forme définitive en 2016 et mise en vente l'année suivante.

© 2015AFP