webleads-tracker


Uber en Bourse : "turbulences du marché" selon le PDG

Services

Le PDG d'Uber, Dara Khosrowshahi, a affirmé mardi que les débuts très décevants de l'introduction en Bourse du groupe le mois dernier étaient dus à des "turbulences du marché" liées aux tarifs douaniers, qui n'affecteront pas ses performances à long terme.

S'exprimant lors d'un forum à Washington, M. Khosrowshahi a déclaré qu'il restait concentré sur la croissance au cours des prochaines années et qu'il voyait une rentabilité pour le géant de la réservation de voitures avec chauffeur.

"Nous avons été pris dans un tourbillon de marché et vous ne pouvez rien y faire", a déclaré M. Khosrowshahi dans une interview organisée par l'Economic Club of Washington.

M. Khosrowshahi a déclaré que la chute record après l'introduction en Bourse était probablement due aux frictions commerciales résultant des tarifs douaniers annoncés par le président américain, Donald Trump, sur des produits chinois.

Ces débuts difficiles ne changent pas les perspectives à long terme d'Uber, qui vont du covoiturage aux livraisons de repas, en passant par les vélos électriques et trottinettes, sans compter un projet à long terme de taxis volants, a-t-il ajouté.

"Si nous travaillons à la création d'une grande entreprise, le marché se mettra en place automatiquement", a-t-il déclaré. M. Khosrowshahi a ajouté qu'Uber visait un segment du marché mondial des transports d'une valeur de 16.000 milliards de dollars, offrant ainsi des opportunités significatives.

"Nous pensons qu'il est temps d'aller de l'avant", a plaidé le patron d'Uber. "L'entreprise elle-même peut être très rentable, nous sommes confiants, mais les deux, trois, quatre prochaines années seront consacrées à la croissance".

L'apparition de M. Khosrowshahi a coïncidé avec le début du sommet Uber Elevate à Washington, qui discutait du projet du groupe de créer un réseau de taxis volants sur certains marchés d'ici 2023.

Interrogé par ailleurs sur les projets d'Uber en matière de véhicules autonomes, il a déclaré qu'il ne s'attendait pas à ce que les taxis se conduisent de manière autonome avant au moins 15 ans, mais une certaine automatisation devrait être intégrée avant cela.

Selon lui, il pourrait y avoir des véhicules autonomes pour les courses "les plus faciles" d'ici cinq ans. Mais pour une conduite entièrement autonome, "nous allons faire extrêmement attention et nous allons être absolument sûrs que la sécurité passe avant toute chose", a-t-il affirmé.

rl/vmt/cj

© 2019AFP