webleads-tracker


Tricherie VW: un élu francilien saisit la justice

Constructeurs

Le vice-président de la Région Ile-de-France en charge des transports, Pierre Serne, a saisi le parquet de Paris du scandale des logiciels truqués destinés à masquer les émissions polluantes des véhicules diesel Volkswagen, a appris jeudi l'AFP de source judiciaire.

Voir toutes les infos concernant l'affaire VW

Elu écologiste, Pierre Serne avait annoncé cette initiative dès le milieu de la semaine dernière, s'appuyant sur l'article 40 du code de procédure pénale qui fait obligation à toute autorité de signaler un délit dont elle aurait connaissance.

Après avoir reçu le courrier de l'élu daté du 28 septembre, le parquet de Paris doit désormais décider de la suite à donner à ce signalement, classement ou ouverture d'une enquête.

Une association, "Ecologie sans Frontière", a de son côté annoncé qu'elle allait déposer plainte en France. Elle avait déjà porté plainte en mars 2014 pour mise en danger d'autrui, en plein épisode de pollution atmosphérique, plainte qui avait été classée sans suite.

Près d'un million de véhicules diesel vendus ces dernières années en France, de marques VW, Audi, Skoda et SEAT, ont été équipés du logiciel permettant de tromper les contrôles antipollution, selon la filiale française de Volkswagen.

La ministre française de l'Ecologie Ségolène Royal, qui a annoncé des tests aléatoires sur une centaine de voitures vendues en France, a dénoncé "une forme de vol du contribuable et de l'Etat" puisque les véhicules réputés propres bénéficient de primes et de bonus.

Dans le monde, ce sont quelque 11 millions de véhicules qui ont été équipés du logiciel litigieux.

L'OMS (Organisation mondiale de la santé) a classé en 2012 les gaz d'échappement diesel comme cancérigènes certains.

Des actions judiciaires ont été déclenchées dans plusieurs pays, notamment une action de groupe aux Etats-Unis.

Le scandale a provoqué la démission du l'ex-patron du groupe, Martin Winterkorn.

ng/pau/nm/sbo

© 2015AFP