webleads-tracker


Tricherie VW: Bucarest veut un rappel... de taxes

Constructeurs

Bucarest compte demander au groupe automobile allemand Volkswagen, ébranlé par un scandale mondial de moteurs truqués, de payer à l'État roumain le manque à gagner en taxes d'émissions de CO2, a annoncé jeudi la ministre roumaine de l'Environnement, Gratiela Gavrilescu.

Voir toutes les infos concernant l'affaire VW

"La différence de taxe d'environnement sera récupérée auprès du producteur ou de son représentant en Roumanie, et non auprès de la population", a déclaré Mme Gavrilescu lors d'une conférence de presse.

Il s'agirait au total de 105.000 automobiles visées dans le pays par le scandale du logiciel de Volkswagen capable de limiter les émissions lors des tests, a pour sa part précisé le ministre roumain des Transports Iulian Matache.

"Quand nous apprendrons (...) quelles sont les normes de pollution auxquelles les voitures concernées ont été produites, nous calculerons la différence entre la taxe qui aurait dû être payée et celle qui a été payée", a expliqué Mme Gavrilescu.

Les autorités roumaines n'ont pas encore décidé quelle procédure elles adopteront pour se faire rembourser auprès du constructeur, a-t-il dit. La Suède avait récemment dit envisager un redressement fiscal.

Bucarest perçoit une taxe "d'environnement" pour les voitures immatriculées dans le pays en fonction des émissions en CO2 de chaque modèle, taxe dont s'acquitte le propriétaire de la voiture.

La Roumanie attend un calendrier de rappel des voitures et de remise aux normes, réclamés à Volkswagen par le gouvernement allemand d'ici le 7 octobre.

Entre temps, la vente de 300 voitures produites par Volkswagen a été bloquée en Roumanie.

Volkswagen, géant aux douze marques et 200 milliards d'euros de chiffre d'affaire mondial, a équipé 11 millions de véhicules dans le monde d'un logiciel capable de limiter les émissions lors des tests.

Le scandale, qui a éclaté aux États-Unis avant de prendre une ampleur mondiale, a gravement terni l'image du groupe, fait chuter sa valeur en Bourse, causé la démission de son patron Martin Winterkorn, et provoqué le dépôt d'une multitude de plaintes.

at/ilp/pb

© 2015AFP