webleads-tracker


Tesla déçoit au T4 mais gagne de l'argent en 2020

Constructeurs

Tesla, profitant d'un intérêt grandissant pour les véhicules électriques, a pour la première fois dégagé un bénéfice net sur une année entière en 2020, de 721 millions de dollars, et compte bien continuer à monter en puissance.

Fondé en 2003, le groupe dirigé par Elon Musk s'est pendant longtemps concentré sur l'essor de sa production, en investissant des milliards de dollars dans des nouveaux sites et de modèles, plutôt que sur sa rentabilité.

Son usine de Fremont en Californie est désormais bien rodée, tandis que l'usine de Shanghai a commencé à livrer ses premiers véhicules fin 2019.

Cela a permis à l'entreprise de livrer 499.550 voitures en 2020 et à presque atteindre la prévision d'un demi-million qu'elle s'était fixée en début d'année malgré la pandémie. La propagation du Covid-19 a conduit au printemps à la suspension temporaire de la production dans son usine californienne.

 

Soutien des autorités

En plus d'une forte progression des livraisons, la société a profité en 2020 d'une importante augmentation des crédits accordés par les autorités aux fabricants de véhicules n'émettant pas d'émissions.

Son chiffre d'affaires a progressé de 46% au quatrième trimestre, à 10,7 milliards de dollars, de 28% sur l'ensemble de l'année, à 31,5 milliards de dollars.

Ses profits au quatrième trimestre ont toutefois un peu déçu les observateurs.

D'octobre à décembre, il s'est élevé à 270 millions de dollars. Ajusté par action et hors éléments exceptionnels, il revient à 80 cents là où les analystes anticipaient 1,01 dollar.

De plus, la marge brute du groupe s'est affichée à 19,2%, soit un peu moins que les 23,5% attendus par le marché, remarque Dan Ives, analyste pour Wedbush Securities.

Le titre Tesla reculait de 3% vers 22H30 GMT dans les échanges électroniques suivant la clôture de la Bourse après avoir déjà perdu 2,1% dans la journée.

C'est toutefois un revers mineur pour le groupe: soutenue par l'attrait des investisseurs pour les véhicules électriques, son action s'est envolée de près de 750% en 2020, et d'environ 17% depuis le début de l'année.

Le groupe a fait en décembre son entrée au sein du prestigieux indice boursier S&P 500 et, à 820 milliards de dollars, vaut désormais plus que Facebook sur la place new-yorkaise.

Cette envolée boursière a permis à M. Musk, qui possède environ 18% du capital, de devenir momentanément en début d'année l'homme le plus riche au monde.

 

Concurrence croissante

Tesla compte bien poursuivre sur sa lancée: il prévoit de faire croître ses livraisons de 50% en moyenne par an pendant plusieurs années, ce qui reviendrait à environ 750.000 véhicules pour 2021.

"Il est possible que nous allions plus vite certaines années, comme cela sera probablement le cas en 2021", a ajouté le groupe dans un communiqué.

Tesla compte sur le démarrage dans l'année de la production dans ses usines en cours de construction à Berlin et au Texas ainsi que sur l'accélération de la production à Shanghai.

Le groupe, qui produit aussi des panneaux solaires, espère aussi commencer à livrer son semi-remorque d'ici la fin de l'année.

L'entreprise bénéficiera d'un environnement favorable aux véhicules électriques, le nouveau président américain Joe Biden ayant notamment fait de la lutte contre le changement climatique une de ses priorités. Le gouvernement chinois propose aussi des aides à l'achat de voitures non polluantes et la demande s'envole dans le pays.

Mais Tesla devra aussi faire face à une concurrence grandissante, les constructeurs traditionnels comme Volkswagen ou General Motors ayant ces derniers mois promis l'arrivée prochaine sur le marché de plusieurs modèles électriques.

"Le nombre de modèles disponibles sur le marché devrait passer de 17 à 29 véhicules, de 20 marques différentes, avant la fin de l'année", remarque Jessica Caldwell, spécialiste du secteur chez Edmunds.

"Bien qu'il n'y ait pas encore de véritable concurrent à Tesla dans l'arène des véhicules électriques, un plus grand nombre de modèles éligibles aux crédits d'impôt fédéraux pourrait détourner certains acheteurs de Tesla", souligne-t-elle.

jum/lo/cjc

© 2021AFP