webleads-tracker


Stellantis vend moins mais mieux ses véhicules

Constructeurs

Le constructeur automobile Stellantis a vu son chiffre d'affaires progresser de 12% au premier trimestre sur un an grâce à des hausses de prix et une bonne performance de Jeep en Amérique du Nord, et ce malgré une baisse des ventes.

Le groupe issu de la fusion de Peugeot-Citroën et Fiat-Chrysler a enregistré un chiffre d'affaires de 41,5 milliards d'euros sur les trois premiers mois de l'année, selon un communiqué publié jeudi.

Le groupe a résisté à la paralysie du marché automobile "grâce à une tarification nette solide, un mix véhicules favorable et des effets de change positifs", s'est félicité le directeur financier du groupe, Richard Palmer.

Stellantis a pourtant enregistré une baisse de 12% du nombre de ses ventes sur un an, à près de 1,4 million de véhicules sur le trimestre. Cette baisse globale des ventes est essentiellement due à des "commandes de semi-conducteurs non reçues", phénomène qui perturbe l'industrie automobile depuis le printemps 2021.

GM, BMW ou Mercedes ont enregistré des résultats semblables au premier trimestre, avec une baisse des ventes contrebalancée par une hausse des prix.

Stellantis, numéro 2 en Europe, a vu sa part de marché reculer à 20% dans l'Union européenne, avec des ventes en baisse de 24% sur un an et des mauvais scores pour Peugeot, Fiat et Jeep. Ses ventes de véhicules électriques y ont cependant augmenté de 50% sur un an.

- Objectifs maintenus -

L'Amérique du Nord est devenue le premier marché du groupe au premier trimestre en terme de chiffre d'affaires, avec 20 milliards d'euros de ventes (+30% sur un an pour +6% de véhicules livrés). Le groupe y a lancé avec succès des nouveaux SUV comme les Jeep Grand Cherokee L et Wagoneer/Grand Wagoneer, et vient d'annoncer la construction de sa première usine de batteries au Canada.

Les approvisionnements en puces électroniques devraient s'améliorer au deuxième semestre, mais ils "dépendent de la situation de chaque fournisseur et restent assez imprévisibles", a prévenu Richard Palmer lors d'une conférence téléphonique avec des journalistes.

Le groupe maintient son ambitieux objectif de marge opérationnelle "à deux chiffres" pour l'année 2022.

Il a cependant revu à la baisse ses estimations pour le marché européen, qui devrait reculer de 2% sur l'année avec la pénurie de puces. Le groupe est peu exposé aux conséquences économiques de la guerre en Ukraine, avec une unique usine en Russie, a précisé M. Palmer.

Le marché américain devrait quant à lui rester stable, contre une croissance de 3% prévue précédemment, selon Stellantis.

Le groupe compte doubler son chiffre d'affaires d'ici à 2030, visant les 200 milliards d'euros dès 2024, avec des "marges opérationnelles courantes à deux chiffres tout au long de la décennie", avait précisé le groupe début mars.

Stellantis avait bouclé sa première année d'existence avec un bénéfice net de 14,3 milliards d'euros en 2021, malgré une production en baisse de 1,6 million de voitures.

Avec l'acquisition de la société d'autopartage allemande Share Now, annoncée mardi, le groupe automobile a également confirmé son ambition de devenir un leader des nouvelles mobilités.

tsz/ico/cco

© 2022AFP