webleads-tracker


Smart: la CGT "condamne" la délocalisation de la production en Chine

Constructeurs

La fédération CGT de la métallurgie a "condamné" jeudi la décision du groupe allemand Daimler d'arrêter la production des petites citadines Smart dans son usine historique de Hambach, en Moselle, pour construire ce modèle en Chine à partir de 2022.

"Nous condamnons l'attitude d'un groupe pourtant en très bonne santé financière", déclare la CGT-Métallurgie dans un communiqué, où le syndicat se demande s'il "doit être rassuré" quand Daimler annonce qu'il n'y aura "aucun licenciement sec".

Est-ce que "cela veut dire qu'il y aura des pertes d'emplois? Mesures d'âge, départs volontaires?" s'interroge la CGT, en rappelant avoir "depuis des mois" fait part de "ses inquiétudes sur l'avenir du site".

Le syndicat, soucieux également du sort des sous-traitants, dénonce aussi un "manque de visibilité, de communication et de dialogue" concernant "les futurs projets" pour le site mosellan et s'insurge contre un "manque d'intérêt" à l'égard d'un territoire "où l'industrie, les emplois ont déjà payé un lourd tribut".

Daimler (également propriétaire de Mercedes-Benz) a annoncé jeudi matin l'arrêt "dès 2022" de la production des Smart à Hambach, ainsi qu'un partenariat avec le groupe chinois Geely (propriétaire de Volvo) pour développer ces mini citadines en Chine.

Le constructeur allemand a affirmé qu'aucun des 800 emplois du site mosellan n'était menacé par ce changement de cap, alors que l'usine française construira prochainement un modèle électrique de Mercedes.

er/bow/sd

© 2019AFP