webleads-tracker


Sécurité routière: La France régresse (40 MA)

Services

40MA rappelle qu'elle a été la première en France à mettre en avant les modèles britanniques et danois de sécurité routière, basés sur l'adaptation de la règle aux comportements de la majorité des automobilistes raisonnables et responsables, par opposition aux décisions françaises qui ne font qu'empiler les mesures coercitives à l'égard des usagers de la route. Pour 40MA, le bilan publié le 09 avril 2019, est la preuve que la répression à outrance ne permet pas de réduire la mortalité routière.

La Commission européenne vient de révéler les données de l'accidentalité routière en Europe. Si globalement, au sein des 28 pays membres de l'Union européenne, on constate une forte baisse de la mortalité sur les routes entre 2010 et 2018, il existe de grandes disparités selon les États.

On apprend ainsi que le classement des meilleurs pays européens en termes de sécurité routière est dominé par le Royaume-Uni, le Danemark et l'Irlande, tandis que la France ne se classe encore qu'en milieu de tableau, loin derrière le trio de tête.

 

Le Royaume-Uni et le Danemark, champions européens de la sécurité routière

Dès 2014, alors que la politique française de sécurité routière ne misait que sur le développement du système de contrôle-sanction automatisé (les radars) et envisageait, déjà, l'abaissement généralisé de la limitation de vitesse sur le réseau secondaire, l'association « 40 millions d'automobilistes » s'est intéressée aux autres modèles européens de sécurité routière, au premier rang desquels le Royaume-Uni et le Danemark.

« Le point commun de ces deux états résidait dans le fait qu'ils connaissaient une réduction importante et constante de leur accidentalité routière, sans pour autant avoir recours aux mesures outrageusement répressives que la Sécurité routière nous vendait comme indispensables en France. En Angleterre, par exemple, la lutte acharnée contre la conduite sous l'emprise de l'alcool est compensée par une grande tolérance envers les petits excès de vitesse, tandis que le Danemark expérimente avec succès la hausse de la limitation de vitesse de 80 à 90 km/h sur ses routes rurales en même temps qu'il travaille à l'amélioration de la qualité de ses infrastructures routières. Et l'on constate aujourd'hui avec bonheur que ces décisions portent leurs fruits, puisqu'elles ont permis à l'un comme à l'autre d'orienter très nettement leur courbe de mortalité à la baisse » explique Pierre CHASSERAY, délégué général de « 40 millions d'automobilistes ».

 

Et la France dans tout cela ?

Malheureusement, les publications de l'association sur le sujet (L'Angleterre : un autre modèle de sécurité routière et Le Danemark : en route vers le bon sens) n'ont jusqu'alors pas incité le gouvernement français à s'inspirer de ces deux systèmes. Celui-ci leur préfère encore le modèle suédois - en particulier à travers les études (surannées) de G. Nielson, à l'origine de la mesure des 80 km/h en France - qui a pourtant quitté cette année le podium des meilleurs pays européens de sécurité routière.

« À force de ne prêter l'oreille qu'aux modèles les plus sévères, dont les mesures mises en œuvre ne reposent que sur des théories dépassées et plus que contestables, il ne faut pas s'étonner de ne pas parvenir à atteindre les objectifs ambitieux que l'on se fixe, commente Daniel QUÉRO, président de « 40 millions d'automobilistes ». Si la France est aujourd'hui si mauvaise en sécurité routière, c'est qu'elle manque de pragmatisme : faire de la sécurité routière contre les automobilistes n'a jamais permis de les faire adhérer à une politique, et encore moins de rendre cette politique efficace. Les 80 km/h en sont le parfait exemple... Il est donc plus que temps de changer de logiciel pour sécuriser nos routes à des vitesses acceptables, donc acceptées » conclut le Président de l'association.