webleads-tracker



Salon des Taxis: quel avenir pour nos taxis français ?

Services

L'actualité de ce mois de janvier autour des taxis et VTC est riche : la loi dite " Grandguillaume " tend à réguler les pratiques concurrentielles des transporteurs publics particuliers de personnes (T3P). Face aux difficultés des taxis, une nouvelle gouvernance se met en place avec l'objectif de limiter les frictions. A partir du 1er janvier 2017, VTC et Taxis auront des conditions communes d'accès à la clientèle en termes de formation et d'utilisation des plateformes de mise en relation.

La concomitance de la 13ème édition du Salon des Taxis sera une occasion unique d'en apprendre plus sur ces sujets d'actualité via des conférences, ouvertes à tous, qui se dérouleront les 28 et 29 janvier à Paris Porte de Versailles, Hall 2.2. Deux conférences sur ces deux thèmes : la loi Grandguillaume et la nouvelle gouvernance, seront animées par plusieurs représentants publics (Ministère du Développement durable, Mairie de Paris, Préfecture de Police de Paris, ...) et des représentants des taxis et VTC.

Un contexte de plus en plus difficile

Les 60 000 taxis et 20 000 VTC qui exercent actuellement en France sont soumis à des contraintes nouvelles. En 2015 et 2016, pour la première fois depuis des décennies, la demande de transport individuel a reculé, et cela pour deux raisons majeures : la conjoncture économique défavorable et le développement de la mobilité via l'auto lib', le covoiturage, les systèmes de transport collectif plus développés,... Les taxis comme les VTC en souffrent pareillement.

Mais alors, quel avenir pour les taxis ? Est-ce un métier à conseiller aux jeunes ? Comment faire face à la concurrence plus rude et à une baisse de clients, ... ? Ces questions seront également abordées lors du Salon autour d'une conférence dédiée à l'avenir du taxi.

« Les taxis n'ont jamais été dans une situation aussi critique : concurrence accrue, conjoncture, nouveaux systèmes de mobilité... le contexte semble assez défavorable. Mais c'est une réelle opportunité de remise en question et de réorganisation. Les choses avancent trop doucement, c'est certain, mais les taxis ont une formidable bouée de sauvetage qui leur permettra de traverser la tempête, c'est leur lumineux ! Ce lumineux que seuls les taxis peuvent arborer est universel et international, et leur donnera un avantage qui pourra même représenter un gage de pérennité », souligne Marc Szperling, Commissaire Général du Salon des Taxis. Leur longue collaboration avec les autorités de régulation du transport en France (tutelle administrative de la Police depuis Napoléon III) leur confère aussi une longueur d'avance sur toute concurrence nouvelle.

Quelles pistes pour pérenniser la profession du taxi ?

« La stratégie des taxis face à l'arrivée massive des VTC a clairement failli. Au lieu de se départir de la concurrence et de lui accorder une niche, à l'instar des minicabs qui faisaient à Londres concurrence aux Black Cab bien plus chers, les taxis français ont demandé à ce que les VTC soient soumis aux mêmes contraintes que leur profession afin d'éliminer la déloyauté de cette concurrence. Les taxis ont finalement aidé sans le vouloir les VTC à accéder au même marché qu'eux et à se positionner en concurrents directs. Comment alors se différencier ? Il ne faudrait pas rater le deuxième virage et se poser les bonnes questions », ajoute Marc Szperling

Puisque la concurrence entre taxis et VTC n'est pas uniquement française mais mondiale, une des quatre conférences sera entièrement consacrée à la place du taxi dans les différentes capitales européennes afin de savoir comment chacun a pu lutter contre UBER et consorts. Cette conférence accueillera des représentants notoires du taxi des grandes villes, telles que Londres, Amsterdam, Berlin, Bruxelles, Madrid et Lisbonne. Comment se sont organisés les taxis dans ces villes pour faire face à la concurrence, comment ont agi les pouvoirs publics, ... certains exemples pourront certainement inspirer nos taxis français. 

« Le transport particulier représente une liberté individuelle. C'est un acquis pour tous et dans peu de temps, le client souhaitera avoir à sa disposition un moyen de transport quand il le souhaite, peu importe où il se trouve. Finalement on se rend compte que le grand absent de ce débat est le client. Ce qui est très dommageable puisque c'est le client final qui paie tout ! Le potentiel d'amélioration des taxis est encore énorme, et ils ont une carte à jouer pour pérenniser leur métier. C'est dans ce contexte qu'ils doivent se positionner et nous souhaitons à travers notre manifestation, le Salon des Taxis, contribuer humblement à la réussite et à l'avenir de la profession », conclût Marc Szperling.

Si vous souhaitez vous rendre au Salon des Taxis ainsi qu'aux conférences, ou souhaitez un entretien avec Marc Szperling le Commissaire Général du Salon, merci de vous rapprocher de votre contact presse. Toute l'équipe serait ravie de préparer votre venue et vous y accueillir.

Planning des Conférences :

Samedi 28 janvier 2017 :

De 10h30 à 12h30 : La Loi Grandguillaume, explication de texte.

De 15h00 à 17h00 : La place du taxi dans les différentes capitales européennes.  

Dimanche 29 janvier 2017 :

De 10h30 à 12h30 : Décret d'application de la nouvelle Gouvernance et de la nouvelle Représentativité, vers quoi va-t-on ?

De 15h00 à 17h00 : Le taxi est-il toujours un métier d'avenir ? 

Pour plus d'information sur le Salon des Taxis : www.salondestaxis.com - Facebook - Twitter