webleads-tracker


Renault précisera ses futures entités thermique et électrique le 8 novembre

Constructeurs

Renault a indiqué jeudi qu'il présenterait le 8 novembre une "mise à jour" sur sa stratégie, qui prévoit une scission de ses activités thermiques et électriques.

Au cours d'un "Capital Market Day" à Paris, à savoir une journée dédiée aux investisseurs, son directeur général Luca de Meo et son directeur financier Thierry Piéton présenteront "une mise à jour de la stratégie du groupe et des objectifs financiers moyen-terme du plan Renaulution", a indiqué le groupe dans un communiqué.

Le constructeur a enregistré un bon premier semestre, poussé par Dacia et avec des prix en hausse, en pleine pénurie de puces électroniques.

Mais sa santé financière reste fragile: ses comptes ont été plombés par son retrait de Russie et il doit, comme tous les constructeurs, financer une coûteuse transition vers l'électrique.

Le groupe automobile chinois Geely et le géant pétrolier saoudien Aramco sont sur les rangs pour entrer au capital d'une société, baptisée "Horse", qui inclura les activités de moteurs thermiques et hybrides (essence-électricité) de Renault, selon des informations de presse.

Le groupe français resterait actionnaire "de référence", mais minoritaire de son activité historique.

Il contrôlerait en revanche l'entité, dénommée "Ampère", chapeautant la production de véhicules à propulsion électrique, promise à un fort développement en Europe, les 27 Etats membres de l'UE ayant approuvé fin juin l'interdiction des voitures neuves à moteur thermique en 2035 au nom de la lutte contre le réchauffement climatique.

Après plusieurs vagues de suppressions de postes, cette séparation des activités inquiète les organisations syndicales. La CGT s'est notamment opposée début septembre au "démantèlement de l'entreprise", demandant que Renault reste "une entreprise cohérente qui détient l'ensemble des métiers d'un constructeur automobile".

D'autres constructeurs comme Ford ont entrepris de telles manoeuvres stratégiques, alors que la transition vers l'électrique nécessite de très importants investissements et que la valorisation des groupes automobiles traditionnels fait pâle figure face à celle de nouveaux entrants spécialisés dans les automobiles zéro émission, comme l'américain Tesla.

© 2022AFP