webleads-tracker


Renault-Nissan: Retour sur 20 ans d'alliance mouvementée

Constructeurs

Scellé il y a plus de vingt ans, le mariage entre les constructeurs automobiles japonais Nissan et français Renault - rejoints par Mitsubishi en 2016 - a été marqué par plusieurs crises.

Entre restructurations, rumeurs de fusions et départs fracassants, rappel des dates-clés d'une alliance mouvementée:

 

Noces franco-japonaises

En 1999, Nissan Motor est en grande difficulté. Tout à son objectif de rattraper Toyota, le numéro deux japonais de l'automobile s'est lourdement endetté et cherche un allié pour survivre.

Un temps courtisé par l'allemand DaimlerChrysler, Nissan convole finalement avec Renault et l'accord est signé le 27 mars 1999 par les patrons Louis Schweitzer et Yoshikazu Hanawa. Renault prend 36,8% de Nissan.

 

L'empreinte de Ghosn

En juin 1999, le numéro deux de Renault Carlos Ghosn est envoyé chez Nissan avec pour mission son redressement.

Il annonce à l'automne un plan fermant cinq usines et supprimant 21.000 emplois.

La coopération entre les deux groupes dans la distribution, les achats et la fabrication, porte ses fruits dès 2001.

 

Participations croisées

Nissan prend en 2002 une part de 15% dans Renault, lequel porte à 44,4% sa participation dans la firme nippone (43% aujourd'hui).

Les deux groupes mettent en place une structure de pilotage commune basée aux Pays-Bas.

Nissan, devenu en 2003 la deuxième capitalisation automobile mondiale, gonfle les résultats annuels de Renault.

Auréolé de son succès, Carlos Ghosn succède en 2005 à Louis Schweitzer à la tête de Renault et prend les rênes des deux groupes.

En 2006, l'idée d'une alliance à trois avec General Motors (GM) capote.

En 2010, Renault-Nissan conclut un partenariat stratégique avec l'allemand Daimler. En 2012, elle signe un accord pour prendre le contrôle du premier constructeur russe Avtovaz, fabricant des Lada.

 

Remous

L'année 2015 est marquée par de fortes turbulences internes: la montée de l'État français dans le capital de Renault met en colère Nissan et un accord est long à trouver.

En 2016, l'alliance s'élargit au japonais Mitsubishi Motors dont Nissan prend 34%.

Début 2017, Carlos Ghosn cède la direction exécutive de Nissan à son dauphin Hiroto Saikawa mais reste à la présidence. Il demeure PDG de Renault et de l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi.

En 2017, l'ensemble revendique la place de numéro un mondial avec 10,6 millions d'automobiles produites, au coude-à-coude avec Volkswagen et devant Toyota.

 

Ghosn chute, l'alliance tangue

19 novembre 2018, Carlos Ghosn est arrêté à Tokyo, soupçonné de malversations financières. Emprisonné, le manager est rapidement lâché par Nissan, puis par l'Etat français. L'alliance tangue.

Nommé en janvier 2019 à la présidence de Renault, Jean-Dominique Senard s'efforce de relancer l'alliance. Mais les tensions s'accumulent au printemps: fuites sur un projet français de fusion Renault-Nissan, puis offre de mariage, finalement retirée, de Fiat Chrysler avec Renault.

 

Nissan taille dans ses effectifs

En juin 2019, Hiroto Saikawa se déclare ouvert à une évolution de l'alliance de Nissan avec Renault, mais toujours fermement opposé à une fusion.

Le 25 juillet, confronté à une chute de ses bénéfices, au plus bas depuis la crise mondiale de 2008-2009, Nissan annonce la suppression de 12.500 emplois dans le monde.

 

Fin de l'ère Saikawa

Rattrapé par un scandale de prime indûment perçue, M. Saikawa démissionne à son tour le 16 septembre. Le 8 octobre, Nissan annonce son successeur, le patron des opérations chinoises, Makoto Uchida.

Le 11 octobre, Renault annonce de son côté que son directeur général Thierry Bolloré est démis de ses fonctions, remplacé en intérim par la directrice financière Clotilde Delbos.

 

Evasion rocambolesque

Le 29 décembre 2019 Carlos Ghosn, en liberté sous caution au Japon, s'évade dans des conditions rocambolesques pour trouver refuge au Liban.

Il accuse Renault et Nissan en janvier 2020 de conspirer contre lui.

 

Nouveau DG et synergie

Fin janvier 2020, Renault annonce la nomination de l'ancien patron de Seat, Luca de Meo, comme nouveau directeur général à partir de juillet.

Le 27 mai, Renault-Nissan-Mitsubishi dévoile une nouvelle stratégie de mise en commun de la production de la moitié de leurs modèles d'ici à 2025 dans un objectif de réduction des coûts.

Déjà en grandes difficultés avant la crise provoquée par la pandémie de Covid-19, Nissan et Renault doivent dévoiler respectivement le 28 et 29 mai des plans d'économie sévères.

ot-jba-rle/mw

© 2020AFP