webleads-tracker


Renault dévoile le prototype de son prochain Scénic

Constructeurs

Renault a présenté jeudi le prototype Scénic Vision, mariant la carrosserie de son prochain véhicule familial à une pile à combustible hydrogène censée allonger l'autonomie de la batterie, technologie dont la mise sur le marché est prévue pour 2030.

"L'énergie que nous utilisons pour ce +concept-car+ est un mélange d'électrique et d'hydrogène afin d'explorer les énergies du futur", a annoncé le directeur général de Renault Luca de Meo lors d'une présentation à l'occasion du salon ChangeNow à Paris, consacré aux solutions durables pour la planète.

"Cette voiture va contribuer à notre objectif de neutralité carbone", a insisté Luca de Meo, dont l'ambition est d'atteindre ce but d'ici 2040 en Europe et 2050 dans le monde.

Une première version du Scénic Vision sera commercialisée en 2024 en 100% électrique mais il faudra attendre 2030 pour voir l'arrivée de la technologie alliant l'hydrogène, afin d'augmenter l'autonomie du véhicule.

La pile à hydrogène combustible de 16 kW doit permettre de réduire la taille de la batterie et de couvrir une distance de 750 km, moyennant une pause de 5 minutes pour faire une recharge d'hydrogène, affirme Renault. Actuellement, l'autonomie de la Mégane électrique, son modèle le plus récent, atteint 470 km selon les normes en vigueur.

"Une voiture comme celle-ci aura un impact carbone 75% inférieur" à celui d'un véhicule électrique classique, a assuré Luca de Meo.

Le Scénic Vision sera également construit à 70% avec des matériaux recyclables et sera lui-même à 95% recyclable. "Cela représente le double par rapport à notre production actuelle", a précisé le directeur général de Renault.

Les pigments noirs utilisés dans la peinture de la carrosserie sont par exemple issus de l'extraction de CO2 dans l'atmosphère et le sol de la voiture est fait de bouteilles de lait recyclées.

Autre pilier de cette Scénic Vision, la sécurité, avec des outils permettant de "réduire jusqu'à 70% les risques d'accident", selon M. de Meo.

Des caméras permettront de voir en bas du pare-choc avant, ce qui "augmentera de 25% la visibilité". Des caméras à l'intérieur de l'habitacle et des capteurs placés sur le volant doivent aussi donner des indications sur l'état physique du chauffeur, son niveau de fatigue ou s'il s'apprête à faire un malaise.

"La voiture doit pouvoir prévenir et anticiper les problèmes éventuels", a exposé Gilles Vidal, directeur du design chez Renault. La production de l'intérieur du véhicule est prévue pour 2028.

agu/tq/kd/nth

© 2022AFP