webleads-tracker


Renault: CFDT et CGT rappellent les "efforts des salariés" en 2020

Constructeurs

Les syndicats CFDT et CGT de Renault ont souligné vendredi les "efforts des salariés" du constructeur automobile l'an dernier, l'un relevant les résultats "encourageants" du deuxième semestre, l'autre notant que les résultats 2020 "ne sont pas si mauvais" qu'attendu.

Les salariés "ont redoublé d'efforts pour un deuxième semestre encourageant, malgré un contexte difficile", et "méritent d'être récompensés", estime la CFDT dans un communiqué, en rappelant que "la crise sanitaire a très fortement impacté l'organisation du travail (activité partielle, télétravail) et les conditions de travail en particulier en usine".

Alors que les négociations annuelles obligatoires (NAO) sur les salaires doivent débuter lundi, "la CFDT ne se contentera pas d'un discours alarmiste", prévient le deuxième syndicat de Renault, qui "attend une reconnaissance juste et équitable" avec "une évolution des rémunérations", un "signal fort" pour "motiver les équipes".

Pour la CGT, "malgré des pertes historiques", Renault "limite la casse" en 2020 et ses résultats annuels "ne sont pas si mauvais par rapport à ce qui avait été annoncé". Le groupe "peut remercier les efforts de ses salariés et de la collectivité", juge son troisième syndicat dans un communiqué.

Les salariés "se sont fait confisquer des journées de congés afin de compléter l'indemnité d'activité partielle" versée par "la collectivité publique" pour porter "leur rémunération à 100%", tandis que l'entreprise "n'a nullement financé leur rémunération, même pas par solidarité", critique la CGT.

En outre, le plan de 2 milliards d'euros d'économies à réaliser sur trois ans, annoncé en mai 2020 - avec 15.000 suppressions d'emplois dans le monde, dont 4.600 en France - "avance à marche forcée et dépasse toutes les prévisions, fussent-elles optimistes", observe le syndicat.

Saluant le "redressement significatif" des résultats du groupe au second semestre, la CFE-CGC s'inquiète toutefois d'une "situation toujours compliquée par le Covid en 2021" et de "la crise des composants électroniques" asiatiques, une pénurie dont "les impacts ont été gérés pour l'instant au niveau local".

Mais le premier syndicat de Renault retient parmi "les côtés positifs" l'annonce vendredi du versement d'une prime d'"intéressement aux salariés", a indiqué à l'AFP son délégué syndical central (DSC), Guillaume Ribeyre.

Pour FO, les "bons résultats" du deuxième semestre "montrent que le redressement a commencé", malgré "un contexte d'incertitudes". Preuve de cette "dynamique de redressement": la réalisation déjà de "60% du plan d'économies au lieu des 30% annoncés" pour 2020, a remarqué Mariette Rih, DSC du quatrième syndicat du groupe, qui se félicite du versement d'"un intéressement aux salariés", tandis qu'il n'y aura "pas de dividende donné" aux actionnaires.

Selon les résultats publiés vendredi, Renault a enregistré une perte nette record de 8 milliards d'euros au cours d'une année 2020 marquée par la pandémie de Covid-19. Après une perte de 7,3 milliards au premier semestre, le constructeur automobile a réduit sa perte à 660 millions au second semestre.

er/lum/rhl

© 2021AFP