webleads-tracker


Pour la première fois en 2022, le prix des batteries lithium-ion a augmenté

Constructeurs

Les batteries à lithium-ion ont vu cette année pour la première fois leur prix croître, sous l'effet de la hausse des prix des composants et de l'inflation en général, après plus de dix ans de baisse continue, selon BloombergNEF (BNEF).

Le prix moyen d'une batterie a atteint 151 dollars le kWh en 2022, soit une hausse de 7% par rapport à 2021, une première depuis que le cabinet de recherche a commencé à suivre ce marché en 2010.

Cette pression des coûts des matières premières et des composants, notamment du lithium, a pesé sur le prix malgré un recours accru à certains composés meilleur marché, tels que l'accumulateur lithium-fer-phosphate (LFP), relève BloombergNEF.

Tous les secteurs sont concernés, qu'il s'agisse de batteries pour les véhicules ou les centrales de stockage, précise le cabinet.

Sur le plan géographique, les batteries ont atteint un prix moyen de 127 dollars/kWh en Chine.

Elles sont 24% et 33% plus chères respectivement aux Etats-Unis et en Europe, du fait d'une "relative immaturité de ces marchés", de coûts de production plus élevés et de besoins parfois sur-mesure.

Globalement, cette hausse de prix aurait été encore plus marquée sans l'adoption du LFP (20% moins cher que la technologie NMC, Nickel Manganèse Cobalt) et un moindre recours au cobalt dans les cathodes de batteries, note BNEF.

Face à l'inflation des prix des métaux, "les grands fabricants de batteries et les constructeurs automobiles optent pour des stratégies plus agressives, notamment des investissements directs dans des mines et raffineries", souligne Evelina Stoikou, auteure principale du rapport.

BNEF anticipe un prix moyen des batteries encore élevé en 2023, à quelque 152 dollars/kWh, avant une détente en 2024 avec une baisse attendue des prix du lithium une fois que certaines capacités de production auront été mises en route.

Enfin, selon BNEF, ce prix devrait passer sous les 100 dollars/kWh d'ici 2026, avec deux ans de retard donc, limitant la capacité à produire des véhicules électriques en masse sans soutien public.

cho/mdz/rhl

© 2022AFP