webleads-tracker


Pénuries : Avtovaz interrompt l'assemblage de voitures

Constructeurs

La premier constructeur de voitures de Russie, Avtovaz (contrôlé par l'alliance Renault-Nissan), a déclaré vendredi avoir arrêté ses chaînes d'assemblage de voitures en raison de la pénurie de composants électroniques, qui touche l'industrie mondiale.

"En raison de la crise globale de manque de composants électroniques, le groupe est obligé de temps en temps de suspendre le travail des chaînes d'assemblage de voitures, comme cela est arrivé aujourd'hui", a indiqué le service de presse du groupe à l'agence russe Ria Novosti.

Précisant que cet arrêt était "pour une journée", il a ajouté que les autres activités du groupe - qui construit les célèbres voitures Lada, numéro un du marché russe - se poursuivaient. L'usine d'Avtovaz, située à Togliatti (Volga), est l'une des plus grandes du monde, avec près de 35.000 employés.

"Le groupe fait tous les efforts possibles pour normaliser l'approvisionnement en composants électroniques, mais selon nous la crise mondiale durera au moins jusqu'au milieu de l'année prochaine, ou même plus longtemps. Par conséquent, le calendrier de production irrégulier sera maintenu", a encore ajouté le service de presse.

La pandémie a bouleversé les chaînes mondiales d'approvisionnement, conduisant à des goulets d'étranglement, notamment sur les marchés des composants électroniques, des plastiques et de l'acier.

Le secteur automobile est particulièrement plombé par les pénuries de semi-conducteurs, essentiels dans la production.

En octobre, les ventes de voitures neuves en Russie ont chuté pour le quatrième mois consécutif. Ce même mois, la branche russe de Volkswagen avait également annoncé la réduction de sa production "dans les prochains mois" en Russie en raison de la pénurie de semi-conducteurs.

Le marché automobile russe, dans lequel les grands constructeurs mondiaux avaient massivement investi en période de boom du secteur, a diminué de plus de moitié entre 2012 et 2016, ne renouant avec la croissance que de 2017 à 2019, avant de repasser dans le rouge.

© 2021AFP