webleads-tracker


Paris: projet alternatif UMP pour les voies sur berge

Services

Le groupe UMP au Conseil de Paris a présenté mercredi à la presse un projet alternatif d'aménagement des voies sur berge rive droite, qui prévoit de circuler tantôt sur les quais hauts, tantôt sur les quais bas.

La mairie de Paris a annoncé début mai son intention de soumettre à la concertation deux scénarios de "reconquête" des voies sur berge, le premier prévoyant de fermer aux voitures la voie express rive droite sur 3,3 km, du tunnel des Tuileries au port de l'Arsenal, et le second de se limiter à la portion entre la place du Châtelet et le Pont de Sully (1,5 km).

Le groupe UMP propose de son côté un aménagement "plus ambitieux", qui permette aux Parisiens de jouir de la Seine sans laisser de côté la "richesse" des quais hauts: "les cafés, les commerces, les bouquinistes, la façade sur les quais, en fait tout ce paysage absolument unique des quais des Ier et IVe arrondissements", a expliqué sa présidente Nathalie Kosciusko-Morizet.

Le projet de l'UMP -qui pourrait être affiné dans le cadre de la concertation- prévoit ainsi de laisser les véhicules circuler sur les quais bas au niveau du tunnel des Tuileries, de les faire remonter au niveau du quai de la Mégisserie, redescendre à hauteur du Théâtre de la Ville, remonter après l'Hôtel de Ville et redescendre à nouveau à proximité du métro Pont-Marie.

Un tel tracé permettrait notamment de maintenir la circulation dans les tunnels des Tuileries (860 mètres) et Henri IV (410m), qui ne sont guère propices à la promenade. Le premier a d'ailleurs fait l'objet d'importants travaux en 2011, d'un coût de 10,3 millions d'euros, pour le mettre aux normes, a souligné Mme Kosciusko-Morizet.

Il éviterait aussi l'engorgement des quais hauts, au détriment des habitants et commerçants de ces quartiers, a souligné le maire du Ier arrondissement Jean-François Legaret (UMP).

L'UMP a évalué à 60 millions d'euros le coût de son projet, qui suppose notamment la création de rampes entre quais hauts et bas. Les travaux pourraient s'envisager sur une voire deux mandatures, a précisé NKM.

La mairie de Paris évalue pour sa part à 8 millions d'euros le coût de ses propres aménagements. Ceux de la rive gauche ont coûté 26,6 millions d'euros.

© 2015AFP