webleads-tracker


Paris éponge en partie le typhon boursier chinois (+1,01%)

Equipementiers

La Bourse de Paris a terminé en nette hausse mardi (+1,01%), aidée par des publications d'entreprises, signant un rebond au lendemain d'une forte baisse liée aux difficultés du marché chinois.

L'indice CAC 40 a pris 49,72 points à 4.977,32 points, dans un volume d'échanges peu étoffé de 4,0 milliards d'euros. La veille, il avait perdu 2,57%..

Parmi les autres marchés européens, Francfort a gagné 1,06% et Londres 0,77%. Par ailleurs, l'Eurostoxx 50 a pris 1,17%.

Le marché parisien a rapidement retrouvé des couleurs en début de séance grâce à une accalmie en Chine, avant de ralentir brièvement la cadence.

Le CAC 40 a signé un rebond mécanique au lendemain d'un trou d'air et "a faibli en cours de séance en réaction à l'hésitation de Wall Street", observe Alexandre Baradez, analyste chez IG France.

Selon lui, l'environnement reste peu propice à une bonne tenue des marchés en raison des incertitudes entourant la politique monétaire américaine, la reprise des négociations en Grèce et les déboires du marché boursier chinois.

"Sur la Chine, il y a une certaine stabilisation mais cela reste négatif", note l'analyste, alors que la Bourse de Shanghai a limité la casse mardi en lâchant 1,68% après avoir perdu 8% la veille.

Le marché a par ailleurs été partagé entre des indicateurs américains contrastés. Le moral des ménages a chuté bien plus que prévu en juillet, alors que les prix des logements ont légèrement reculé en mai.

Ces derniers jours, "les investisseurs ne veulent pas trop s'exposer et regardent moins les statistiques ou les résultats d'entreprises", selon M. Baradez.

Les investisseurs attendent surtout les conclusions de la réunion de la Réserve fédérale américaine (Fed) qui a débuté mardi et doit s'achever mercredi après la clôture des marchés européens.

La Fed devrait sauf coup de théâtre attendre d'avoir plus de certitudes sur l'économie américaine avant de relever ses taux, maintenus proches de zéro depuis la fin 2008.

Pour Xavier de Villepion, vendeur d'actions chez HPC, certains investisseurs commencent à "espérer que du côté de la Fed, au vu des dernières secousses, le discours sera plus accommodant".

Le marché a été par ailleurs animé par une série de résultats d'entreprises.

Kering a bondi (+5,57% à 172,50 euros) bénéficiant d'un bénéfice net plus que doublé au premier semestre et de l'activité meilleure que prévu de Gucci.

Dans la foulée, LVMH a pris 3,01% à 165,80 euros.

Orange a été recherché (+0,94% à 15,09 euros). Son bénéfice net a presque doublé au premier semestre pour atteindre 1,10 milliard d'euros.

En revanche, Michelin a chuté (-6,07% à 89,76 euros), la hausse de 13,3% de son bénéfice net n'ayant pas suffi à satisfaire toutes les attentes.

Altran a gagné 6,17% à 10,92 euros après l'annonce de l'acquisition d'une société technologique indienne, SiConTech, spécialisée dans la conception des semi-conducteurs.

Faiveley Transport a décollé (+35,21% à 96,00 euros), après avoir été suspendu la veille, porté par la perspective de son acquisition par l'américain Wabtec Corporation. La valeur s'approchait des 100 euros proposé par l'acquéreur.

Séché Environnement a grimpé (+5,91% à 33,50 euros) après avoir vu son activité progresser au premier semestre, portée par la branche des déchets non dangereux. Le titre bénéficiait également d'un relèvement de sa recommandation par Natixis.

Mercialys, filiale foncière du groupe de distribution Casino, a pris 3,29% à 20,70 euros après avoir revu à la hausse ses objectifs annuels du fait de la progression de ses revenus locatifs.

Thales a gagné 1,91% à 60,71 euros. Le groupe est sur le point de signer un contrat d'un milliard d'euros portant sur la modernisation de quatre lignes du métro de Londres, selon La Tribune.

Guerbet s'est envolé (+20,83% à 51,86 euros) après l'annonce de l'acquisition de l'activité de produits de contraste du groupe irlandais Mallinckrodt qui va lui permettre de doubler son chiffre d'affaires.

Enfin, Eutelsat a souffert (-1,49% à 27,41 euros) d'un abaissement de recommandation par HSBC.

jbo/jum/az

© 2015AFP