webleads-tracker


Pannes de moteurs Renault: un millier d'automobilistes menacent le groupe de poursuites

Constructeurs

Un millier de propriétaires de véhicules Renault victimes de pannes ont lancé un ultimatum au constructeur, le menaçant d'une action collective en justice faute de résolution à l'amiable avant le 5 juin, a indiqué leur avocat mercredi, confirmant une information du Parisien.

Leur conseil, Me Christophe Lèguevaques, a adressé le 19 mai dernier un courrier sous forme d'ultimatum au groupe, plaidant pour trouver une "solution amiable globale" assortie d'une "négociation, afin d'indemniser rapidement les propriétaires".

"Sans réponse (de Renault) avant le 5 juin", il menace le constructeur français d'une "guérilla procédurale, qui mettra en avant les contradictions" du groupe" et contribuera selon lui "à l'obtention de condamnations civiles et pénales".

Sollicité, le groupe automobile n'a pas répondu à l'AFP mercredi soir. Il a indiqué au Parisien être "en cours d'examen" de cette lettre, et promet une réponse dans les prochains jours.

Depuis le mois de janvier, des dizaines de propriétaires de Renault, Nissan, Dacia et Mercedes victimes de pannes menacent le groupe d'une action collective.

Ils sont des milliers à être entrés en contact via un groupe Facebook, et ont baptisé leur action "Motorgate", en référence au scandale "Dieselgate" des moteurs Volkswagen truqués.

Leur avocat, spécialiste des actions collectives, a ensuite été mandaté pour réunir des victimes présumées. D'une vingtaine de personnes en janvier, l'action regroupe désormais 1.109 participants.

Me Lèguevaques dénonce un "comportement délétère" de la part de Renault, le groupe ayant le plus souvent cherché selon lui "à culpabiliser (les usagers) en leur faisant porter la responsabilité de la casse-moteur".

Les voitures équipées de moteurs (essence) 1.2 TCe, fabriqués par Renault entre octobre 2012 et juin 2016, génèrent une surconsommation d'huile, qui augmente les dépenses d'entretien, la pollution, et peut conduire à des casses moteurs entre 65.000 et 125.000 kilomètres, avait affirmé leur avocat.

Renault a confirmé cette surconsommation d'huile sur "une faible partie des modèles". "On a fait du cas par cas", avait souligné un porte-parole de la marque en janvier, si les clients ont été scrupuleux sur l'entretien, on a eu une prise en charge totale".

D'après lui, 90% des usagers qui leur ont adressé une demande ont pu en bénéficier. Il n'y a par ailleurs pas eu de rappel des modèles concernés, car le moteur "n'est pas considéré comme un élément de sécurité".

L'association de consommateurs UFC-Que Choisir avait déjà lancé l'alerte en 2019 sur ces moteurs, évoquant 400.000 véhicules concernés en France et d'autres cas en Europe.

cla/jbo/dch

© 2022AFP