webleads-tracker


Nissan: bénéfice net -14% au 1er trimestre

Constructeurs

Le constructeur d'automobiles japonais Nissan a annoncé jeudi une chute de 14% sur un an de son bénéfice net au 1er trimestre de l'exercice 2018/19, du fait d'un repli de 1,6% de ses ventes en valeur.

Le gain net trimestriel s'est établi à 115,8 milliards de yens (890 millions d'euros au cours actuel) sur des ventes de 2.716 milliards.

Le résultat d'exploitation a dévissé de 29%, les moindres recettes se conjuguant à des coûts d'approvisionnement plus élevés.

Le nombre de véhicules Nissan vendus dans le monde au cours des mois d'avril à juin a reculé de 3% à 1,31 million d'unités.

Nissan souligne que le marché au Japon dans cette période s'est contracté et que le groupe a subi, certes de façon un peu atténuée, cette diminution.

Les ventes en volume ont reflué en Amérique du Nord (-9,5%) et en Europe (-12,7%).

En Chine, en revanche, elles ont augmenté de 6,9% à quelque 336.000 unités, ce qui a élevé sa part du marché local à 5%.

Le prix des matières premières et les effets de changes ont joué dans le mauvais sens et les bonnes performances en Asie (+4%) n'ont pas suffi à compenser.

Le groupe, partenaire du français Renault et de son compatriote Mitsubishi Motors a conservé ses prévisions annuelles.

"Nous travaillons au redressement des ventes en Amérique du Nord et en Europe et nous sommes donc de ce point de vue en phase avec nos attentes", a justifié un vice-président de Nissan, Joji Tagawa, durant une conférence de presse.

Interrogé sur le possible impact des tensions commerciales entre les Etats-Unis et ses partenaires, M. Tagawa a jugé que de façon générale, "la meilleure solution pour éviter les taxes douanières était de produire localement", ce que Nissan fait en partie avec plus de la moitié des véhicules vendus aux Etats-Unis produits dans ses deux usines américaines en 2017.

"Mais dans l'immédiat, ce n'est pas le moment de songer à une nouvelle stratégie, car nous ne savons pas ce qui va arriver, nous ne pouvons pas prendre de décisions tant que les autorités n'en ont pas prises", a-t-il insisté.

"Nous serons prêts à prendre des décisions le moment venu", a déclaré M. Tagawa."Nous devons regarder attentivement comment les choses vont évoluer", a-t-il encore commenté à propos des querelles commerciales.

Pour l'ensemble de l'exercice qui s'achèvera en mars 2019, Nissan anticipe une baisse de son résultat opérationnel de 6% à 540 milliards de yens. Le bénéfice net devrait lui tomber de 33,1% à 500 milliards de yens, en l'absence du gain exceptionnel lié à l'imposition aux Etats-Unis qui a gonflé ses comptes en 2017/2018.

Nissan vise toujours des recettes en petite hausse de 12.000 milliards de yens (+0,4%). Il avait vendu 5,77 millions de véhicules au cours de l'exercice passé.

kap/uh/spi

© 2018AFP