webleads-tracker


Nikola veut développer un réseau d'hydrogène en Allemagne

Constructeurs

La start-up américaine Nikola et le constructeur Iveco ont signé un partenariat avec le distributeur de gaz OGE pour développer en Allemagne un réseau d'hydrogène au service des poids lourds, ont annoncé les sociétés mercredi.

Les trois sociétés ont indiqué dans un communiqué avoir signé une lettre d'intention en vue d'une collaboration, "visant à mettre en place une structure commerciale pour le transport de l'hydrogène via un réseau de pipelines, depuis les sites de production jusqu'aux stations de ravitaillement en hydrogène".

Nikola, qui conçoit des camions électriques et à hydrogène, pilotera l'installation de points de ravitaillement en hydrogène "à des endroits-clés, soutenus par les systèmes de distribution d'hydrogène d'OGE".

OGE (Open Grid Europe), qui contrôle 12.000 km de pipelines en Allemagne, s'engage de son côté "à mettre en place une infrastructure de pipelines pour le transport de l'hydrogène entre les sites de production et les points-clés de distribution", a déclaré Thomas Hüwener, directeur technique d'OGE.

Le géant des utilitaires Iveco s'est associé en coentreprise avec Nikola pour développer des poids lourds électriques et à hydrogène, dont les tests sont prévus pour 2021 et 2023.

La start-up américaine avait emballé les marchés avec ses promesses, et éveillé l'intérêt de GM et Bosch. Mais ces géants de l'automobile ont diminué leur engagement après que la société ait reconnu avoir exagéré ses avancées technologiques.

"Nous sommes convaincus que cette collaboration va donner naissance à une solution de ravitaillement en carburant à long terme, extrêmement intéressante qui, selon nous, fera progresser l'industrie et permettra l'adoption des technologies FCEV (véhicules électriques à pile à combustible) à l'échelle mondiale", a déclaré Pablo Koziner, président des activités commerciales de Nikola.

L'hydrogène, qui permet un remplissage rapide et promet une autonomie importante en ne rejetant que de la vapeur d'eau, est une des options explorées par plusieurs constructeurs d'utilitaires pour leur transition énergétique. Hyundai a déjà livré ses premiers prototypes tandis que Toyota, GM ou encore Traton (Volkswagen) accélèrent le développement de leurs modèles.

Le nombre de stations hydrogène reste cependant très limité et des doutes subsistent sur la capacité de l'industrie mondiale à produire de l'hydrogène en limitant les émissions de CO2 et à un tarif compétitif.

© 2021AFP