webleads-tracker


Nikola vaut 30 milliards en bourse avant d'avoir vendu le moindre véhicule

Constructeurs

Le fabricant de camions électriques et de camions à hydrogène Nikola, coté au Nasdaq depuis jeudi dernier, a entamé la semaine en trombe, conduisant certains observateurs à lui prédire une trajectoire à la Tesla.

Le titre du groupe a grimpé mardi de près de 9% après s'être envolé de près de 104% la veille. Il s'échange désormais à 79,73 dollars, soit plus de 45 dollars au-dessus de son cours à la clôture de jeudi.

La valeur en Bourse de Nikola est, elle, proche de 30 milliards de dollars, légèrement supérieure à celle de Ford et plus du double de celle de Fiat-Chrysler.

L'entreprise basée à Phoenix (Arizona, sud-ouest) a fait son entrée sur l'indice à forte coloration technologique de Wall Street après une "fusion inversée" (reverse merger) avec VectoIQ, une société spécialement créée pour ce genre d'opérations et cotée au Nasdaq depuis 2018.

Son bond du début de semaine s'explique notamment par l'annonce lundi du patron de Nikola, Trevor Milton, que les pré-commandes du pickup électrique zéro émission Badger seront possibles à partir du 29 juin.

Le fabricant, qui ne commercialise pour l'heure aucun véhicule, n'envisage pas de dégager le moindre profit avant 2021, selon un communiqué de presse.

Mais certains spécialistes sont déjà tentés de dresser un parallèle avec Tesla, le géant des voitures électriques haut de gamme, qui a connu une progression fulgurante ces derniers mois à Wall Street.

Le nom des deux entreprises est d'ailleurs un hommage au célèbre ingénieur Nikola Tesla.

Fondée en 2015, Nikola compte mettre sur le marché son modèle Tre Class 8 BEV l'an prochain et son modèle Two Class 8 FCEV en 2023.

L'entreprise a prévu de vendre 30.000 camions à hydrogène et 14.000 camions électriques en 2027 en Amérique du Nord, selon des projections réalisées en mars.

M. Milton a assuré la semaine dernière sur la chaîne d'informations financières CNBC que Nikola disposait de liquidités importantes et n'avait pas de dette, mais que l'entreprise avait besoin de lever davantage d'argent.

La fusion avec VectoIQ ainsi que plusieurs investissements ont permis à Nikola de lever 700 millions de dollars avant son entrée au Nasdaq.

dho/etr

© 2020AFP