webleads-tracker


Mobilité électrique: vers une co-entreprise FCA et Engie

Constructeurs

Le constructeur automobile Fiat Chrysler (FCA) et Engie EPS, la filiale technologique d'Engie, active dans les systèmes de stockage d'énergie, ont annoncé jeudi leur volonté de créer une co-entreprise qui deviendrait un leader européen dans le secteur de la mobilité électrique.

Les deux groupes ont signé un protocole d'accord en ce sens. Ils prévoient de finaliser l'accord d'ici la fin de l'année, afin de constituer cette co-entreprise au premier trimestre 2021, une fois obtenues les autorisations des autorités compétentes, ont-ils expliqué dans un communiqué commun.

Cette annonce a provoqué un bond de l'action de la société italienne Engie EPS - dont le principal actionnaire est le groupe français Engie - à la Bourse de Paris. Le titre a terminé en hausse de 16,67% à 12,06 euros tandis que l'action FCA perdait 2,11% à 12,06 euro dans un marché financier italien globalement déprimé.

L'objectif est de proposer dans toute l'Europe une gamme complète de produits et de solutions "innovants, pensés pour permettre à tous d'accéder à la mobilité électrique de manière simple et pratique", ont-ils souligné.

La nouvelle entité, qui sera italienne, proposera des "infrastructures de recharge pour les véhicules électriques --résidentielles, commerciales et publiques-- et des packages d'énergie verte qui permettront aux clients de recharger leur véhicule à la maison ou dans n'importe quelle borne publique dans toute l'Europe, avec un simple abonnement à tarif mensuel".

"Le marché lié aux véhicules électriques se développera de manière exponentielle dans les prochaines années. En 2025, on estime qu'il y aura quelque 15 millions de véhicules électriques ou hybrides sur le marché européen --soit 25% du marché-- et donc 15 millions de clients qui devront recharger leur véhicule et souscrire à des contrats", a souligné Pietro Gorlier, le directeur de FCA en Europe, lors d'une conférence avec les grandes agences de presse internationales.

"En 2025, la consommation d'énergie pour recharger ce type de véhicules représentera 5,5 milliards d'euros en Europe", a précisé le directeur général d'Engie EPS, Carlalberto Guglielminotti.

L'électrification est "une tendance inévitable, destinée à révolutionner la mobilité urbaine et, surtout, un changement de paradigme inéluctable", a-t-il dit, en soulignant que le protocole d'accord témoignait de l'engagement des deux sociétés à "tracer la voie vers une mobilité à zéro émission".

M. Gorlier a jugé "prématuré" de donner les objectifs de la future co-entreprise --qui sera détenue à 50,1% par FCA et 49,9% par Engie EPS-- en terme de chiffre d'affaires, de clients ou de personnels, l'accord définitif n'étant pas encore signé.

Alors que FCA doit prochainement fusionner avec le groupe français PSA (Peugeot Citroën), le dirigeant a souligné que cette co-entreprise, qui aura accès à un portefeuille de plus de 100 brevets, sera "un atout supplémentaire que FCA apportera en dot".

Le patron de Fiat Chrysler, Mike Manley, cité dans le communiqué commun, a souligné que le protocole d'accord était "le résultat de trois années de collaboration fructueuse entre les deux sociétés, une collaboration qui a permis de mettre en oeuvre des projets révolutionnaires, tel l'easyWallbox, fabriqué exclusivement pour FCA - une unité de charge plug-and-play extrêmement intuitive".

cco/gab/bh

© 2020AFP