webleads-tracker


Michelin : Menegaux promet innovation et diversification

Equipementiers

Florent Menegaux, porté officiellement à la tête de Michelin, a esquissé vendredi sa stratégie pour les prochaines années, qui passe par encore plus d'innovation et une diversification en dehors des pneumatiques.

Voir également ci-desssous le communiqué de Michelin relatif à Assemblée générale des actionnaires 2019

M. Menegaux, 57 ans, succède à Jean-Dominique Senard, parti remplacer Carlos Ghosn à la tête de Renault.

Nommé l'an dernier directeur général exécutif et directeur des opérations en tant que gérant commandité, Florent Menegaux a été adoubé par les actionnaires qui se réunissaient comme chaque année à Clermont-Ferrand, berceau historique du groupe.

Après ses études en finance, gestion et sciences économiques, Florent Menegaux débute sa carrière chez Price Waterhouse avant de rejoindre le monde de la logistique et des transports, chez Exel Logistics puis Norbert Dentressangle. Il entre en 1997 chez Michelin où il grimpe les échelons au sein de l'activité des pneus poids lourds.

"Comme Jean-Dominique, je ne suis pas issu de la famille Michelin mais cela fait 22 ans que je grandis chez Michelin. Cela m'engage. Vous pouvez compter sur toute ma détermination, pour faire de votre groupe une entreprise du futur performante", a-t-il lancé en préambule aux actionnaires du numéro 2 mondial, en excellente santé financière.

Il a présenté la stratégie du groupe dans les prochaines années, caractérisée par "l'accélération de l'innovation" des pneumatiques, "coeur de l'activité" et "la transformation digitale, une opportunité fantastique".

Il a par ailleurs annoncé la diversification des activités du groupe, hors pneumatiques, dans le "développement de services et solutions aux clients", les "biomatériaux", les "technologies de l'impression 3D métal".

Le nouveau patron a aussi affiché sa volonté de faire du groupe auvergnat "l'un des leaders mondiaux du marché de la pile à hydrogène" servant aux véhicules électriques.

"J'ai près de moi un client potentiel avec qui j'espère pouvoir échanger bientôt sur le sujet", a-t-il glissé en faisant allusion aux nouvelles fonctions de M. Senard.

Des activités selon lui "qui seront loin d'être marginales à 10 ans", a-t-il souligné à la presse, assurant que le groupe avait "les moyens de ses ambitions".

Michelin a publié en février un bénéfice net de 1,7 milliard d'euros, seulement en très léger recul par rapport au plus haut historique atteint en 2017, malgré la baisse du marché automobile chinois qui a pénalisé le secteur.

Le groupe, qui emploie plus de 120.000 personnes dans le monde, a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 22 milliards d'euros.

Un vibrant hommage a par ailleurs été rendu à Jean-Dominique Senard, qui a été chaleureusement applaudi par quelque 1.600 actionnaires, debout.

"Je pars l'esprit tranquille car le groupe est en bonne forme, la réputation est au sommet dans le monde", s'est félicité le nouveau patron de Renault, avant de souligner "son incroyable confiance" en Florent Menegaux qui saura gérer "un monde qui n'est pas tendre, si vous voyiez ce que je veux dire (...) Longue Vie à Michelin, merci infiniment!", a-t-il conclu, visiblement très ému.

kal/fga/eb

© 2019AFP