webleads-tracker


Mercedes EQS: la luxueuse Classe S dans l'ère électrique

Constructeurs

Le constructeur allemand Daimler a dévoilé jeudi la version à batterie de la Mercedes Classe S, référence iconique des berlines de luxe, visant à s'affirmer dans la course électrique dominée par Tesla.

"Cette voiture est un véritable tournant", a lancé Ola Källenius, patron du groupe, dans une vidéo diffusée en ligne. "Elle marque le début d'une nouvelle ère chez Mercedes-Benz."

Le modèle EQS s'ajoute à une flotte grandissante de voitures électriques des principaux groupes automobiles allemands, accusés d'avoir pris du retard dans l'électrification.

"L'importance de la EQS pour la réputation de Mercedes en tant que marque de luxe est immense", résume à l'AFP l'expert Ferdinand Dudenhöffer, directeur du Center Automotive Research. "L'EQS est la présentation la plus significative d'une nouvelle voiture Mercedes en dix ans."

Equipée d'un écran de 1,4m de large, affichant jusqu'à 770km d'autonomie (selon la norme WLTP), et offrant des mises à jour à distance, Daimler espère faire de la EQS une référence.

Le prix de la limousine, prisée des directeurs des plus grandes entreprises, n'a pas été dévoilé mais sera "conforme à la catégorie", a indiqué M. Källenius lors d'une conférence téléphonique.

Lancée à l'automne dernier, la Classe S actuelle, qui pourrait bien être la dernière équipée d'un moteur thermique traditionnel, est commercialisée à partir de 97.000 euros. L'EQS sera fabriquée sur la même ligne de production.

"Nous allons pendant plusieurs années voir coexister les deux technologies, tandis que la mobilité électrique progresse", a ajouté M. Källenius.

"La Classe S a beaucoup de clients établis, réticents à prendre des risques sur des nouvelles technologies" et l'EQS doit faire ses preuves, note Gerhard Wolf, analyste de la banque publique LBBW.

 

"Rattrapage"

Quatrième voiture commercialisée par Daimler sous la marque purement électrique "EQ" -- après un van, une classe A et une classe C -- il s'agit du premier modèle basé sur une toute nouvelle architecture technique dédiée aux batteries.

L'intérêt des clients "est très grand", a assuré le patron.

Cette offensive permet au constructeur de Stuttgart (sud-ouest) "un net rattrapage" dans l'électrique, dominé par le pionnier américain Tesla, juge M. Dudenhöffer.

Par le passé, les ventes de la Model S d'Elon Musk ont par moment déjà dépassé celles de la Classe S dans les voitures de luxe aux Etats-Unis mais aussi en Europe, même si les deux modèles ne visent pas forcément une clientèle identique.

Daimler, qui a lancé une réorganisation historique avec l'introduction en Bourse de sa branche poids lourds et le projet de renommer le groupe Mercedes, compte accélérer sur l'électrique dans les prochaines années.

Le groupe veut doubler les ventes de voitures électrifiées (incluant les hybrides) en 2021 sur un an. En 2025, 25% des voitures vendues devraient être électrifiées, avant d'atteindre une part d'au moins 50% en 2030.

"Il est possible que ces plans s'avèrent trop conservateurs", a noté M. Källenius.

Un des enjeux reste les plus faibles marges des voitures à batteries, "dont les coûts variables sont plus élevés que ce dont nous avons l'habitude", selon le patron suédois.

Signe de l'effervescence dans le secteur automobile allemand, branche reine de l'industrie du pays, la présentation de l'EQS intervient au lendemain de celle du Audi Q4 e-tron, le nouveau SUV électrique de la marque haut de gamme du groupe Volkswagen.

Le concurrent américain-européen Stellantis prévoit de développer quatre châssis pour ses véhicules électriques, qui devraient leur permettre de disposer d'entre 500 et 800 kilomètres d'autonomie selon leur taille, a annoncé jeudi le directeur général du groupe automobile, Carlos Tavares.

ys/smk/esp

© 2021AFP