webleads-tracker


L'inquiétude d'Avtovaz après le retrait de Renault en Russie

Constructeurs

Le ministère russe de l'Industrie et du Commerce a cherché jeudi à rassurer le premier producteur de voitures du pays, Avtovaz (groupe Renault-Nissan), après l'annonce par le groupe Renault de la suspension de ses activités à Moscou.

"Toutes les mesures sont en train d'être prises pour un retour au fonctionnement stable de toutes les chaînes de production le plus rapidement possible", a indiqué le ministère dans un communiqué, en précisant être à ces fins "en contact permanent" avec la direction d'Avtovaz et de Renault.

Ainsi, un accord a été obtenu pour que "les services d'achat et de logistique du groupe Avtovaz fassent tout leur possible pour régler les questions liées à l'accumulation d'un stock de composants nécessaire" d'ici le 24 avril, selon la même source.

Avtovaz a annoncé la semaine dernière envoyer ses employés en congés payés pour trois semaines, du 4 au 24 avril, en raison d'une pénurie de composants importés, liée aux sanctions occidentales dues à l'Ukraine.

Deux des usines du groupe, à Togliatti et à Ijevsk, ont dû être arrêtées début mars, et ne fonctionnent désormais que partiellement et au ralenti.

Pour sa part, le ministère de l'Industrie et du Commerce "apporte son assistance à Avtovaz pour charger ses capacités de production, lancer de nouvelles modifications des automobiles et poursuivre le programme de localisation" de la production, ajoute le communiqué.

De son côté, Avtovaz a annoncé suivre "attentivement la situation" et prendre "toutes les mesures possibles pour préserver les emplois" de ses 40.800 employés.

"Un travail actif est en cours pour remplacer certains composants cruciaux importés par des solutions alternatives", a précisé Avtovaz dans un communiqué.

"La compagnie élabore également des versions spéciales de certains modèles de Lada qui dépendront moins des composants importés. Elles seront accessibles pour nos clients dans les prochains mois", assure le communiqué.

Le constructeur automobile français Renault, publiquement ciblé par le président ukrainien pour ses activités en Russie, a annoncé mercredi soir suspendre immédiatement les activités de son usine de Moscou et évaluer "les options possibles concernant sa participation" dans sa filiale russe, Avtovaz.

La Russie est le deuxième marché du groupe Renault dans le monde derrière l'Europe, avec près de 500.000 véhicules vendus en 2021. AvtoVAZ, rachetée à 69% fin 2016, produit notamment les deux voitures les plus vendues en Russie, les Lada Vesta et Granta, avec une part de marché de 28,8% au total.

bur/abx

© 2022AFP