webleads-tracker


Les constructeurs bénéficient de la tendance, mais jusqu'à quand?

Constructeurs

Les constructeurs automobiles ont haussé leurs prix pour protéger leur chiffre d'affaires et leurs résultats sur un marché encore freiné par les pénuries de puces électroniques, mais certains craignent les conséquences de l'inflation.

Stellantis, le groupe né de la fusion de PSA et Fiat-Chrysler, a publié jeudi un chiffre d'affaires en hausse de 29% sur un an, à 42,1 milliards d'euros, grâce à une amélioration dans les livraisons de semi-conducteurs, ainsi que des prix de vente en hausse et des effets de change positifs.

L'inflation menace le marché automobile, mais "la dynamique reste positive", a souligné le directeur financier Richard Palmer, très optimiste pour la fin de l'année. Les prises de commandes n'ont pas ralenti en Amérique du Nord, tandis qu'elles baissent légèrement en Europe. Les ventes de véhicules électriques tirent aussi les prix à la hausse.

BMW a fait état de son côté d'une hausse de son bénéfice net de 23% au troisième trimestre, à 3,17 milliards d'euros, pour un chiffre d'affaires de 37,18 milliards (+35,3%).

En continuant à augmenter les prix, le constructeur allemand de voitures haut de gamme "devrait partiellement compenser la légère baisse attendue des livraisons et la hausse des prix des matières premières et de l'énergie", a indiqué le groupe, confirmant ses prévisions de marge opérationnelle entre 7 et 9% pour l'année.

Les entreprises du secteur automobile profitent depuis deux ans d'une situation mêlant une demande forte pour leurs véhicules et une offre réduite en raison des problèmes de production liés à la pénurie de composants électroniques.

Dans ce contexte, les prix des véhicules vendus ont beaucoup augmenté, les ristournes disparu, et de nombreux constructeurs ont dégagé de juteux bénéfices.

"Les prix restent élevés. La demande reste élevée", a asséné fin octobre le directeur financier du groupe américain General Motors, Paul Jacobson.

 

"Vents contraires" 

Selon le cabinet Inovev, le marché automobile mondial (utilitaires compris) est en train de rattraper une partie de son retard au cours du troisième trimestre de 2022, après deux années médiocres", poussé notamment par le marché chinois.

Si les points de blocage logistiques se détendent, d'autres nuages s'amoncellent pourtant sur le secteur.

Les taux d'intérêt ne cessent de grimper, faisant monter au passage le prix d'un éventuel emprunt pour une voiture, l'inflation rogne le portefeuille des automobilistes, et certains observateurs craignent un ralentissement des achats.

L'augmentation "record" des prix de l'énergie vient aussi "bouleverser le secteur et pourrait ralentir le retour des volumes de ventes à un niveau pré-COVID", a souligné Alexandre Marian du cabinet AlixPartners.

"Avec des coûts énergétiques aussi importants, l'industrie automobile va devoir s'organiser et trouver des solutions, que ce soit une augmentation des prix, de l'optimisation de la consommation énergétique ou en s'appuyant sur des politiques publiques aidantes", selon l'expert.

Volvo Cars a vu ses ventes et son bénéfice reculer au troisième trimestre, victimes de ces différents paramètres, même si son chiffre d'affaires a été soutenu par une demande robuste pour ses SUV.

Pour le N°2 mondial Toyota, "les vents contraires explosent", a commenté le directeur financier du groupe Kenta Kon lors d'une conférence de presse mardi.

Le groupe est balloté par les taux de change: la faiblesse du yen dope les ventes du groupe japonais à l'étranger mais gonfle d'un autre côté ses coûts de matières premières et de production.

Mercedes, qui a affiché une belle santé au troisième trimestre, reste aussi prudent pour les mois à venir, compte tenu du "degré exceptionnel d'incertitude" entourant les conditions macroéconomiques et géopolitiques.

Le PDG de Tesla Elon Musk a de son côté affiché sa confiance habituelle : "nous n'allons pas réduire notre production, récession ou pas récession", puisque la transition vers les véhicules électriques est en route, a-t-il déclaré fin octobre.

tsz/ha/clr

© 2022AFP