webleads-tracker


Le Mexique enquête sur les moteurs Volkswagen produits sur son territoire

Constructeurs

Le gouvernement mexicain a annoncé qu'il enquêtait pour savoir si Volkswagen a produit des moteurs truqués sur son territoire, où le constructeur allemand fabrique dans l'importante usine de Puebla des milliers de voitures destinées à l'exportation vers les Etats-Unis.

Le Parquet fédéral pour la protection de l'environnement a commencé à analyser "un par un" onze modèles de moteurs certifiés par Volkswagen auprès du gouvernement, a déclaré mercredi à la presse le secrétaire à l'Environnement, Rafael Pacchiano.

"Nous effectuerons des tests pour savoir si les émissions qui sont annoncées correspondent à la réalité" et si des anomalies sont détectées, "nous prendrons la sanction qui convient", a-t-il ajouté.

L'usine de Puebla, dans le centre du Mexique, existe depuis près de 50 ans et constitue l'un des plus importants sites de production automobile en Amérique du Nord. Elle fabrique trois des cinq modèles de voitures (Jetta, Golf et Beetle) que Volkswagen a admis avoir équipées d'un logiciel capable de fausser les résultats des tests antipollution pour les moteurs diesel.

"Bien sûr, cette situation va avoir un impact à court terme sur les ventes, la capacité d'exportation et par conséquent la production de l'usine de Puebla", a souligné mardi le gouverneur de l'Etat de Puebla, Rafael Moreno Valle, qui espère pouvoir rencontrer prochainement des responsables du groupe allemand.

En 2014, l'usine a fabriqué 475.000 véhicules, dont plus de 80% ont été exportés vers les Etats-Unis.

Le complexe emploie 11.000 personnes et génère environ 35.000 emplois indirects.

Volkswagen a commencé à produire des voitures au Mexique en 1967. En mai dernier, le groupe a annoncé un investissement d'un milliard de dollars afin d'augmenter la capacité de production à Puebla, qui devrait fonctionner à plein régime à partir de la fin 2016.

La firme allemande possède également depuis 2013 une usine à Silao, dans l'Etat de Guanajuato (centre du Mexique), qui se consacre principalement à la fabrication de moteurs.

Profitant de sa proximité avec les Etats-Unis, le Mexique a dépassé l'an dernier le Brésil pour s'installer à la première place des pays producteurs de voitures en Amérique Latine et au septième rang mondial, espérant se glisser parmi les cinq premiers à l'horizon 2020.

Le scandale des moteurs diesel truqués, révélé vendredi dernier aux Etats-Unis, a vite pris une dimension mondiale, entraînant mercredi la démission du patron de Volkswagen, Martin Winterkorn, et faisant perdre au groupe des milliards d'euros en Bourse.

str-bur/yo/lth/sg/mml

© 2015AFP