webleads-tracker


Le fondateur de Nikola inculpé pour mensonges

Constructeurs

Le fondateur et ancien patron du concepteur de camions électriques et à hydrogène Nikola, Trevor Milton, a été inculpé jeudi par les autorités américaines pour avoir "effrontément" embelli l'activité de la start-up lors de multiples interventions publiques dans le but de faire monter l'action.

"Afin de stimuler la demande des investisseurs pour Nikola, M. Milton a menti sur presque tous les aspects de son entreprise", a accusé la procureure fédérale de Manhattan, Audrey Strauss, lors d'une conférence de presse.

Il a par exemple affirmé que le groupe avait construit un prototype de camion "entièrement fonctionnel" alors même qu'il savait que le modèle "ne pouvait pas fonctionner", détaille l'acte d'accusation du ministère de la Justice: pour les besoins d'une vidéo, il l'avait fait démarrer en haut d'une colline.

Il a aussi régulièrement présenté de vagues promesses d'achats comme des commandes fermes.

Arrêté en début de journée, l'ex-chef d'entreprise a été présenté à une juge fédérale et libéré en attente de son procès sous une caution de 100 millions de dollars.

Nikola avait fait des débuts remarqués à Wall Street en juin 2020 avant de sceller en septembre un partenariat prometteur avec General Motors qui semblait apporter une légitimité à la société basée à Phoenix (Arizona, ouest), fondée en 2015.

Le groupe a été, quelques jours plus tard, emporté dans un tourbillon après un rapport de la société d'investissement Hindenburg Research affirmant que Nikola était une "fraude complexe fondée sur des dizaines de mensonges" racontés au fil des ans par M. Milton.

Le fondateur a démissionné dans la foulée et GM a, en novembre, fortement réduit l'ampleur de son partenariat.

 

7 milliards de dollars

Les faits qui sont reprochés à M. Milton par le ministère de la Justice vont de novembre 2019, quand il a commencé à poser les jalons d'une entrée en Bourse, jusqu'à sa démission en septembre 2020.

"Au cours de cette période, Milton a effrontément et à plusieurs reprises fait des déclarations fausses et trompeuses sur le statut de la technologie de Nikola", sur Twitter, Instagram, dans des podcasts et à la télévision, a affirmé Mme Strauss.

Et pendant ce temps, la valeur des actions Nikola qu'il détenait a grimpé jusqu'à 7 milliards de dollars, en juin 2020.

Or quand il est apparu que M. Milton avait fortement exagéré les avancées de son entreprise, les actionnaires "ont pâti de dizaines, voire de centaines de milliers de dollars de pertes, y compris, dans certains cas, la perte de leur épargne-retraite ou de fonds qu'ils avaient empruntés pour investir dans Nikola", accusent les autorités.

Le gendarme américain de la Bourse, la SEC, a aussi engagé des poursuites contre M. Milton jeudi pour des motifs similaires.

"En choisissant de promouvoir Nikola via les réseaux sociaux, M. Milton était obligé, en vertu des lois boursières, de communiquer de manière complète, précise et véridique", a souligné Gurbir Grewal, responsable de la mise en oeuvre des règles à la SEC, dans un communiqué.

"Trevor Milton est innocent, c'est une nouvelle tentative du gouvernement de criminaliser entrepreneuriat", ont asséné ses avocats dans un communiqué. Leur client, assurent-ils, avait une vision à long terme sur la façon de réduire les émissions dans le transport et "est accusé à tort".

La société, dans un communiqué, a souligné pour sa part que les poursuites engagées jeudi étaient à l'encontre de M. Milton et non de Nikola. Elle assure avoir coopéré avec les autorités tout au long de l'enquête.

Un rapport qu'elle avait commandité a conclu en février que certaines des déclarations de M. Milton étaient bien "inexactes", mais a rejeté l'idée que le groupe était une "vaste fraude".

L'action de Nikola chutait de 11% en fin de séance à Wall Street.

jum/tu/els

© 2021AFP