webleads-tracker


Le Dieselgate s'étend à trois anciens dirigeants de Continental

Constructeurs, Equipementiers

La justice allemande a annoncé jeudi avoir élargi son enquête chez Continental en lien avec le scandale des moteurs diesel truqués, visant désormais trois anciens dirigeants de l'équipementier dont l'ex-patron et son directeur financier, démis de ses fonctions la veille.

Les enquêteurs s'intéressent de près à l'ancien président du directoire Elmar Degenhart, qui a quitté le groupe fin octobre 2020 en évoquant des raisons de santé, ainsi qu'à l'ancien responsable de la branche moteurs, Jose Avila, a indiqué à l'AFP un porte-parole du parquet de Hanovre, une des instances qui enquête sur ce vaste scandale qui a éclaboussé le secteur automobile allemand.

Egalement dans le viseur de la justice: le directeur financier Wolfgang Schäfer, démis de ses fonctions mercredi soir par Continental "dans le contexte des enquêtes actuelles", le conseil de surveillance ayant identifié des "déficits" dans la gestion de l'enquête interne menée dans cette affaire.

Le parquet de Hanovre a élargi ses investigations aux chefs d'accusation de "complicité de fraude", "complicité d'abus de confiance" ainsi qu'à un "éventuel manquement au devoir de surveillance" de la part des dirigeants, a précisé le parquet.

Des perquisitions ont eu lieu la semaine passée "dans les locaux de Continental et au domicile d'un employé" et "des documents ont été saisis hier chez un cabinet d'avocats à Francfort".

Le "dieselgate" a éclaté en 2015 quand Volkswagen a admis avoir trafiqué 11 millions de ses voitures diesel pour masquer le niveau réel de leurs émissions les plus toxiques.

Comme le leader du marché Bosch, Continental, second équipementier mondial, s'est rapidement retrouvé dans le viseur des enquêteurs. Il est soupçonné d'avoir fourni des composantes de logiciels utilisés dans les moteurs manipulés.

Le groupe allemand avait déjà été perquisitionné en 2020.

La branche moteurs, anciennement appelée "Powertrain", au coeur de l'affaire, a été séparée du groupe et introduite en Bourse sous le nom "Vitesco" au printemps.

ys/jpl/sr

© 2021AFP