webleads-tracker


Le diesel connaît un sursaut aux dépens de l'essence (L'Argus)

Services

L'argus publie la seconde partie de son baromètre sur l'avenir des énergies automobiles. Dédié aux énergies thermiques, ce volet met en lumière un changement notable : le diesel, malgré les mesures dissuasives, connaît un retour en grâce qui pourrait se confirmer avec le durcissement du malus en 2020. Quels sont les critères qui conduisent à ce choix ? Le Baromètre 2019 fait le tour de la question.

Le diesel : « je t'aime moi non plus »

Le diesel est sujet épineux qui génère, à chaque édition du Baromètre Énergies, des enseignements antagonistes tant l'avis des acheteurs varie d'une année à l'autre. 2019 n'échappe pas à la règle puisque le diesel attire à nouveau les acheteurs (+ 4 points dans les intentions d'achats) alors qu'ils s'en étaient détournés en 2018 suite au « dieselgate ». Le diesel est sujet épineux qui génère, à chaque édition du Baromètre Énergies, des enseignements antagonistes tant l'avis des acheteurs varie d'une année à l'autre. 2019 n'échappe pas à la règle puisque le diesel attire à nouveau les acheteurs (+ 4 points dans les intentions d'achats) alors qu'ils s'en étaient détournés en 2018 suite au « dieselgate ». 

Ainsi, en 2018 seules 34% des personnes interrogées évoquaient leur intention d'acheter un véhicule diesel contre 42% en 2017. Ce chiffre est largement dépassé en 2019 puisque les acheteurs se tournent à nouveau massivement vers le diesel qui regroupe 43% des intentions d'achat. Ce regain est encore plus fort parmi les acheteurs de véhicules d'occasion (+ 9 points) et dans le cadre d'un achat à court terme (+ 7 points). Notre Baromètre Energies 2020 le dira mais le diesel devrait profiter du durcissement du malus 2020 qui abaisse le seuil de déclenchement de 117 à 110 g/km de CO2.

Fait notable, l'intérêt du diesel parmi les possesseurs d'un véhicule à essence revient également au niveau de 2017 avec 8 %. 

 

Pourquoi cette valse-hésitation ?

Si 24 % des acheteurs d'un véhicule neuf choisiront un diesel (29 % pour l'essence), ceux d'une voiture de seconde main sont 39 % (+ 9 points). Cette prédominance dans les intentions d'achat de véhicules d'occasion trouve son explication dans l'attractivité du prix. En effet, le vent de panique générale a eu pour conséquences un allongement de la rotation sur parc (temps de détention) chez les professionnels et un tassement des prix en raison d'une offre supérieure à la demande. 

 

A propos du Groupe Argus 

Partenaire privilégié des professionnels de l'automobile, entreprise familiale et indépendante depuis sa création en 1927, l'Argus est un groupe en mouvement permanent, dynamique et innovant. Sa stratégie d'expansion et de diversification a permis de développer un portefeuille de produits varié, à destination des professionnels. Cet ensemble de services uniques allie performance et simplicité dédiées aux gains d'efficacité commerciale et financière.