webleads-tracker


La plus grande décharge auto d'Europe ... n'a pas rouvert

Services

La société GDE a tenté vendredi de rouvrir sa décharge contestée de Nonant-le-Pin (Orne) mais des opposants l'en ont empêchée, tandis que le préfet réaffirmait que le site proche du célèbre haras du pin devait pour l'heure rester fermé.

Depuis la mi-journée, deux camions de Guy Dauphin environnement (GDE) remplis de déchets étaient bloqués devant l'entrée du site par quatre tracteurs et une quarantaine d'opposants, en présence d'une dizaine de gendarmes, a constaté un photographe de l'AFP.

"Il y a beaucoup de non-conformités sur le centre d'enfouissement et une non-conformité sur le centre de tri. Ils ne doivent pas être mis en exploitation", a parallèlement déclaré le préfet de l'Orne, Isabelle David, lors d'une conférence de presse, ajoutant: "nous seront très fermes".

Mardi, la préfecture avait annoncé que "ce site ne peut recevoir de déchets en l'état actuel" car des "non-conformités ont été constatées (...) lors de l'inspection des installations" ordonnée fin août par la ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal.

Le lendemain, le directeur général délégué de GDE, Hugues Moutouh, avait indiqué qu'il rouvrirait d'ici à la fin de la semaine le centre de tri car, disait-il, les non-conformités ne concernaient que le stockage. Surtout, cette "recommandation" était, selon M. Moutouh, "dénuée de base légale".

M. Moutouh a réitéré ses propos vendredi après-midi à l'AFP, . "C'est du blabla. Il n'y a aucune suspension du site. Nous avons une autorisation d'exploiter. C'est grave pour l'Etat de droit".

"Nous allons saisir la justice et présenter nos camions plusieurs fois par jour. Combien de fois l'Etat va-t-il être condamné à des millions pour ne pas avoir débloqué le site", s'est exclamé ce prefet hors cadre, avocat, qui a été conseiller de Nicolas Sarkozy à l'Elysée.

Le tribunal administratif de Caen a condamné l'Etat à payer 1,7 million d'euros à GDE pour l'indemniser du blocage du site par des opposants entre octobre 2103 et octobre 2014.

Ce site, qui devait être le plus grand centre de déchets automobile en Europe, n'a ouvert que deux jours du 22 au 24 octobre 2013, jour où il a été bloqué par des opposants. Il est fermé depuis.

Le centre se trouve près de prestigieux haras qui redoutent une pollution des terres d'élevage environnantes. D'autant que Ségolène Royal avait relevé en août, après avoir rencontré M. Moutouh une "erreur" et une "contradiction étonnante" dans le discours de GDE.

© 2015AFP