webleads-tracker


La CFDT salue l'accord sur Renault ElectriCity

Constructeurs

La CFDT de Renault a salué vendredi l'accord "pour assurer l'avenir" qui va créer un pôle de fabrication de véhicules électriques dans les Hauts-de-France en fusionnant trois entités locales du groupe au sein d'une filiale baptisée Renault ElectriCity.

Le syndicat, qui "va signer cet accord mardi à Douai" (Nord), "s'engage pour ce nouveau chapitre à écrire" et pour "la défense des salariés", a souligné auprès de l'AFP Lionel Langlais, délégué syndical central (DSC) adjoint de la CFDT-Renault.

L'industrie automobile, qui "a perdu 30% de ses emplois depuis 2008, doit se tourner vers l'avenir pour enrayer un tel déclin et donner de l'espoir aux salariés des bassins d'emploi des Hauts-de-France en grande difficulté", relève le syndicat dans un communiqué.

Cet accord, que "la CFE-CGC va signer" elle aussi selon son DSC Guillaume Ribeyre, va permettre de fusionner les entités actuelles de Renault à Douai, Maubeuge (Nord) et Ruitz (Pas-de-Calais) pour créer la nouvelle structure Renault ElectriCity. Cette "filiale 100% Renault" sera créée "dès 1er janvier 2022", indique la CFDT dans son communiqué.

A terme, ce sont "au moins 400.000 véhicules" qui seront produits, "répartis" sur les sites de Douai et Maubeuge, détaille le syndicat, en précisant que le pôle électrique va "employer près de 6.000 salariés". "L'objectif à terme, c'est bien d'arriver à produire 400.000 véhicules", a confirmé M. Ribeyre. "Les salariés actuels des trois sites intégrés dans la nouvelle filiale" verront "leur rémunération nette inchangée", a-t-il pointé.

Le pôle électrique "comporterait aussi une +giga-factory+ de fabrication de batteries, à Douai, avec plus de 1.000 emplois supplémentaires à la clef", ajoute la CFDT.

"L'objectif est de mettre tout en oeuvre pour permettre l'implantation de cette usine à Douai", a noté M. Ribeyre. "Tous les voyants sont au vert pour construire une usine de batteries à Douai", un outil "incontournable", mais "qui viendra?", s'est interrogé M. Langlais, en indiquant que ce sujet "évoqué" avec la direction restait "complètement opaque".

er/bfa/dch

© 2021AFP