webleads-tracker


La Bourse de Tokyo rebondit de 2% à la mi-journée

Services

La Bourse de Tokyo, malmenée ces derniers jours, grimpait nettement à la mi-journée sur fond d'espoir d'amélioration des relations sino-américaines après la libération sous caution d'une responsable de Huawei et des propos rassurants de Donald Trump.

Peu avant 13h00 heure locale (04h00 GMT), l'indice Nikkei des 225 valeurs vedettes gagnait 2,06% (+436,27 points) à 21.584,29 points, et l'indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau augmentait de 1,99% (+31,32 points) à 1.606,63 points.

Du côté des changes, le dollar montait à 113,46 yens, contre 113,11 yens mardi à la fermeture de la place tokyoïte, tandis que l'euro était stable, autour de 128,52 yens, des mouvements favorables à l'achat de titres de groupes exportateurs japonais.

"Le marché rebondit après ses récentes pertes grâce à la bonne tenue des bourses européennes et à une pause dans l'appréciation du yen", a commenté dans une note Okasan Online Securities.

Les places financières se sont reprises grâce à la nouvelle selon laquelle la Chine allait potentiellement baisser les tarifs d'importation des voitures, notamment des véhicules américains.

Le président américain Donald Trump a fait état dans un tweet de "conversations très productives" avec Pékin. Il a en outre déclaré dans une interview qu'il pourrait intervenir dans le cas de la dirigeante du géant chinois Huawei, arrêtée au Canada à la demande de la justice américaine, afin de préserver les négociations commerciales avec la Chine.

Meng Wanzhou a été remise en liberté sous caution, mais fera l'objet d'une surveillance permanente tout au long de la procédure d'extradition vers les Etats-Unis.

"Les problèmes commerciaux ne vont pas être résolus de sitôt, mais ces informations ont apporté du réconfort aux marchés, qui craignaient que l'affaire Huawei n'accentue les tensions entre les Etats-Unis et la Chine", a souligné Kazuhiro Takahashi, analyste de Daiwa Securities, auprès de l'agence Bloomberg.

Devant ces nouvelles, les constructeurs d'automobiles japonais, très implantés en Chine, avaient les faveurs des acheteurs: Toyota avançait de 2,19% à 6.893 yens à mi-séance, et Honda de 1,78% à 3.075 yens.

Nissan se redressait aussi (+0,79% à 923 yens) après sa dégringolade des deux jours précédents, causée par son inculpation trois semaines après l'arrestation de son ex-patron Carlos Ghosn, soupçonné d'avoir dissimulé une partie de ses revenus aux autorités boursières.

Du côté du secteur électronique, Sony prenait 3,48% à 5.935 yens et Panasonic 3,56% à 1.088 yens.

kh-anb/ybl

© 2018AFP