webleads-tracker


La Bourse de Francfort tirée par le secteur automobile (Dax +1,20%)

Services

La Bourse de Francfort a fini lundi en hausse, le Dax gagnant 1,20%, tirée par le secteur automobile et prêtant peu d'attention à l'annonce d'Angela Merkel de quitter la chancellerie à la fin de son mandat.

L'indice vedette a progressé de 134,86 points sur la séance pour finir à 11.335,48 points. Le MDax des valeurs moyennes a de son côté pris 1,00%, à 23.713,40 points.

Le Dax rebondit ainsi nettement après une semaine marquée par une haute volatilité et une baisse de plus de 3% en cinq jours dans un contexte d'incertitudes internationales.

En Allemagne, Angela Merkel a posé lundi les jalons de son retrait du pouvoir en annonçant que son mandat de chancelière était le dernier et en renonçant à la présidence de son parti, conséquences d'un cinglant revers électoral régional en Allemagne.

"Un changement de chancelier en 2021 était attendu et la réaction du marché était donc très limitée", a commenté Ricardo Garcia, économiste en chef pour la zone Euro chez UBS.

Les investisseurs étaient plus attentifs à des informations de presse sur une baisse des taxes sur les ventes de voitures en Chine.

Selon l'agence Bloomberg, qui cite des sources proches du dossier, la Chine envisage d'abaisser de 10% à 5% les taxes sur une grande partie des ventes de voitures dans le pays afin de "relancer les ventes sur le premier marché mondial".

Cette information a provoqué l'envol du secteur automobile, dont les principaux titres ont fini en haut du Dax lundi: Volkswagen a pris 4,05% à 142,42 euros, Daimler 2,06% à 52,43 euros et BMW 1,84% à 76,40 euros.

Mieux encore, le fabricant de semi-conducteurs Infineon, très dépendant du secteur automobile selon l'agence allemande DPA, a progressé de 6,01% à 17,11 euros et l'équipementier Continental de 5,47% à 143,55 euros.

Au MDax, l'équipementier Schaeffler, fortement engagé en Chine, s'est envolé de 8,24% à 9,36 euros.

Merk (+2,77% à 90,54 euros) a bénéficié d'une note favorable des analyste de Credit Suisse et d'un environnement plus favorable au risque sur la place francfortoise après une semaine d'aversion.

ys/bp

© 2018AFP