webleads-tracker


Jean Todt: il faut "s'engager pour la Sécurité routière" comme contre le Covid

Services

"Imaginez que les gouvernements s'engagent pour la sécurité routière comme ils s'engagent en ce moment contre le Covid-19", lance Jean Todt, représentant spécial de l'ONU sur le sujet: "on épargnerait des centaines de milliers de vies, et des millions de blessés".

Dans un livre à paraître jeudi ("Des millions de vies à sauver", éd. Débats publics), le président de la Fédération internationale de l'automobile (FIA) analyse cette "pandémie qui a des effets dévastateurs sur des millions de vies à travers le monde", et demande notamment à ce qu'on "donne plus de moyens" aux pays en développement.

"Face à l'autre pandémie (du nouveau coronavirus), la planète est désemparée", explique Jean Todt à l'AFP, au siège parisien de la FIA. "Le monde est fermé jusqu'à ce qu'on administre le vaccin. Alors que pour les accidents de la route, on a l'ordonnance! C'est l'éducation, l'application des lois, le niveau (de sécurité) des véhicules, des infrastructures routières et la qualité des secours après les accidents".

Depuis décembre 2019, la pandémie de Covid-19 a fait de son côté plus de 1,3 million de morts dans le monde. Les accidents causent chaque année près de 1,4 million de morts, soit 3.700 par jour, et 50 millions de blessés, automobilistes, motards, cyclistes et piétons compris. C'est la première cause de mort dans le monde pour les jeunes de cinq à 29 ans.

L'ONU s'est donné pour objectif de réduire ces chiffres de moitié d'ici à 2030, alors que le nombre de véhicules explose dans le monde.

Les solutions sont pourtant "extrêmement simples", souligne l'ex-patron de la Scuderia Ferrari: "boucler sa ceinture de sécurité à l'avant et à l'arrière, même dans les autocars, porter un casque quand on conduit un deux-roues, limiter sa vitesse, ne pas consommer d'alcool avant de conduire, ne pas utiliser son téléphone au volant".

 

30 km/h dans certaines zones

"Prétendre éliminer toute erreur humaine serait utopique", reconnaît-il cependant dans son ouvrage, alors "travailler à diminuer ces erreurs et faire en sorte que leurs conséquences soient moins graves est prioritaire".

Les chiffres montrent une inégalité criante: les pays riches comme la Suisse, la Norvège, l'Allemagne ou la France ont appliqué des mesures strictes, exigé des véhicules plus sûrs, et ainsi limité le nombre de morts au cours des 40 dernières années. Pour arriver à zéro mort sur les routes, Jean Todt milite pour que la vitesse soit limitée à 30 km/h "dans les zones où les usagers vulnérables croisent des automobilistes".

Le reste du monde représente 93% des morts de la route. La plupart des pays en développement n'ont pas encore adopté de politique exigeante de sécurité routière. Parmi les pays aux routes les plus dangereuses: le Zimbabwe, avec 34,7 morts pour 100.000 habitants, selon l'OMS, suivi du Burundi et de la République démocratique du Congo.

L'ONU a mis en place en 2018 un fonds pour la sécurité routière, qui n'est encore doté que de 20 millions d'euros. La FIA a lancé de son côté, en plus d'une campagne mondiale d'affichage, le développement d'un casque "abordable et sûr" pour les pays chauds.

Dans son ouvrage, Jean Todt présente de bons exemples à suivre: au Vietnam, les agents de police ont été formés pour gérer les infractions au code de la route. En Colombie, la capitale Bogota a fait chuter la mortalité routière de 50% entre 1996 et 2006, en investissant dans les transports publics, les pistes cyclables et structures pour les piétons.

Jean Todt demande également un effort aux constructeurs. Ils ont déjà réalisé "des progrès exceptionnels" dans la sécurité "mais il y a un certain nombre de contradictions", souligne-t-il. "Une même voiture achetée à Paris, au Nigeria ou en Colombie, ne va pas toujours avoir les mêmes équipements de sécurité. Il n'y aura pas par exemple de contrôle de stabilité électronique (ESC), pas le même nombre d'airbags (...) Il faut que les standards de sécurité minimum définis par les Nations Unies soient présents de manière obligatoire sur tous les véhicules neufs vendus dans le monde".

tsz/tq/eb

© 2020AFP