webleads-tracker


Jaguar Land Rover réduit drastiquement la valeur de ses activités

Constructeurs

Le constructeur automobile britannique Jaguar Land Rover (JLR) a annoncé jeudi avoir drastiquement réduit de 3,1 milliards de livres (3,5 mds EUR) la valeur de ses activités, en raison d'un marché en plein bouleversement et du ralentissement chinois.

Le groupe, propriété de l'indien Tata Motors, a dévoilé cette impressionnante dépréciation d'actifs à l'occasion de la présentation de ses résultats pour le troisième trimestre (achevé fin décembre) de son exercice.

Il dit n'avoir pas eu d'autre choix que de réviser à la baisse la valeur de ses investissements passés, "compte tenu d'une demande en berne et de son impact sur les comptes", selon un communiqué.

"Cet ajustement comptable est cohérent avec les autres mesures déterminantes que nous devons prendre (...) afin de créer une entreprise efficace et résistante", souligne le directeur général Ralf Speth, évoquant "un moment difficile pour l'industrie" automobile.

Il fait référence en particulier à la décision annoncée en janvier de supprimer 4.500 emplois, soit plus de 10% de ses effectifs.

Le constructeur de voitures haut de gamme mène cette restructuration afin d'économiser 2,5 milliards de livres et d'être en mesure de pouvoir investir davantage dans les voitures électriques. Il espère que tous ses nouveaux modèles seront électriques ou hybrides à partir de 2020.

JLR est touché de plein fouet par un contexte difficile pour le secteur automobile, affecté par un marché qui ralentit et l'adaptation nécessaire aux changements réglementaires et technologiques, avec notamment une désaffection du diesel face aux initiatives antipollution de nombreux gouvernements.

En parallèle, les relais de croissance se font attendre, notamment la voiture électrique et le lancement de nouveaux modèles, qui nécessitent de lourdes dépenses.

Le groupe vend moins de voitures désormais, 144.602 précisément au troisième trimestre contre 154.447 un an plus tôt, du fait d'un marché déprimé en Chine, sur fond d'essoufflement de la croissance dans le pays.

La meilleure tenue de l'activité en Amérique du Nord et au Royaume-Uni ne suffit toutefois pas à enrayer la tendance baissière.

Son chiffre d'affaires a reculé à 6,2 milliards de livres (7,1 mds EUR) pour une perte avant impôt de 3,4 milliards sur le trimestre. Hors impact de la dépréciation, le constructeur est encore dans le rouge de 273 millions de livres.

Dans son communiqué jeudi, le groupe n'évoque pas explicitement le Brexit, au moment où le secteur automobile s'inquiète des conséquences d'une sortie de l'UE sans accord.

JLR, qui va arrêter sa production durant la semaine du 8 au 12 avril pour éviter les perturbations, avait menacé l'été dernier de réduire ses dépenses au Royaume-Uni en cas de Brexit sans accord, qui lui coûterait 1,2 milliard de livres de bénéfice par an.

Entre-temps, il avait annoncé la délocalisation de la production de son 4x4 de loisirs (SUV) Discovery du Royaume-Uni vers la Slovaquie.

jbo/js/dga

© 2019AFP