webleads-tracker


GM quadruple ses bénéfices et l'action décolle

Constructeurs

General Motors a plus que quadruplé ses bénéfices au deuxième trimestre grâce à une amélioration de ses marges en Amérique du nord et des pertes réduites en Europe et promis un crû encore "meilleur" pour les prochains mois.

Les marchés financiers ont salué ces annonces en propulsant l'action à ses meilleurs niveaux depuis le début de l'année. Elle bondissait de 5,84% à 32,07 dollars vers 15H20 GMT à Wall Street.

Le premier groupe automobile américain a dégagé un bénéfice net trimestriel de 1,12 milliard de dollars, contre seulement 278 millions à la même période un an plus tôt. Le chiffre d'affaires trimestriel a reculé de 3,7% à 38,2 milliards de dollars, en raison principalement des effets de change négatifs.

"Ce sont les meilleurs résultats de GM depuis plusieurs années", estime Ryan Brinkman, analyste chez JPMorgan Chase.

Non content d'enchanter les investisseurs, GM a poussé son avantage en annonçant que les résultats du second semestre seraient encore bien meilleurs.

"Le second semestre sera meilleur que le premier", a ainsi prédit le directeur financier Chuck Stevens, lors d'une conférence téléphonique avec des journalistes.

Lors des six premiers mois de 2015, le groupe dirigé par Mary Barra a gagné 2,06 milliards de dollars comparé à 491 millions au premier semestre 2014.

"Les deux premiers trimestres ont été solides parce que nous capitalisons sur la robustesse de l'industrie en Amérique du nord et consolidons notre position en Chine en dépit des conditions difficiles sur ce marché", a commenté de son côté Mme Barra en présentant les résultats aux analystes.

 

SUV, pickups et Chine

L'Amérique du nord (Etats-Unis, Canada et Mexique) est la locomotive des ventes. Sa marge opérationnelle a atteint 10,5%, en avance sur le calendrier du groupe qui prévoyait ce niveau en 2016. Le bénéfice opérationnel a ainsi été doublé, à 2,8 milliards de dollars, pour des revenus de 26,5 milliards de dollars (en hausse de 3%).

Le groupe y profite de l'appétit des consommateurs pour les grosses voitures (SUV, camionnettes à plateau et crossovers) sur fond de prix de l'essence bas, de taux d'intérêt quasi nuls et du redressement de l'économie.

En Chine, premier marché automobile mondial, où il investit des milliards de dollars, GM a réussi à vendre 1,72 million de véhicules au premier semestre, en hausse de 4,4% malgré un ralentissement global du marché. Son principal rival Volkswagen y a enregistré au contraire un recul de ses ventes.

Sa marge opérationnelle s'y est établie à 10,2% alors que les analystes craignaient sa détérioration, en raison des pressions auxquelles font face les groupes automobile pour baisser leurs prix afin de répondre au ralentissement de la demande.

"Nous avions anticipé la modération du marché" chinois, explique Chuck Stevens, ajoutant que GM n'y prévoit pas de recul des ventes comparé à 2014. "Nous allons y ajouter sagement des capacités", a déclaré Mary Barra.

Durant le trimestre, l'Europe, marché en surcapacités et considéré comme un gouffre financier, a très peu perdu d'argent. La perte opérationnelle a été ramenée à 45 millions de dollars contre 305 millions au premier trimestre 2014. Les recettes générées en Europe ont baissé de 16,5% à 4,99 milliards de dollars.

C'est la preuve que le groupe est "en bonne voie" pour un retour à la rentabilité en 2016 comme prévu, a dit M. Stevens.

L'Amérique latine reste une épine pour le constructeur qui y accru sa perte opérationnelle, à 144 millions de dollars pour un plongeon de 33% des revenus à 2,11 milliards de dollars.

GM a dû inscrire une charge de 600 millions de dollars liée à la dévaluation du Bolivar vénézuélien.

Il a passé des charges d'un montant total de 1,1 milliard de dollars, après avoir déprécié pour 400 millions de dollars d'actifs en Thaïlande et mis de côté 100 millions pour les indemnisations de victimes de l'affaire du commutateur d'allumage défectueux ayant causé 124 morts et 269 blessés, selon son décompte actualisé au 17 juillet.

L'enveloppe destinée à solder l'affaire du commutateur s'élève à 625 millions de dollars et c'est probablement l'estimation finale, a dit M. Stevens, malgré l'enquête en cours du ministère américain de la Justice et des plaintes de particuliers.

lo/jld/LyS

© 2015AFP